Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'Guide'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Bienvenue
    • Annonces et suggestions
    • Présentez vous
    • Le bistrot
  • Galerie
    • Wash & Wax
    • Showroom
    • La galerie d'ART
    • Concours Detailing Art
    • Votre collection / garage
  • Conseils
    • FAQ / Guides
    • Guide d'achat pour les débutants
    • Calcul des dilutions
    • Tutoriaux
    • Demande de conseils
  • Detailing
    • Lavage et décontamination
    • Jantes, pneus, plastiques et compartiment moteur
    • Intérieur, vitres et capotes
    • Compounds, polishs, cleaners et glazes
    • Protection
    • Materiels et accessoires
    • Business
  • Les bonnes affaires et les rencontres
    • Sites internet
    • Petites annonces
    • Avantages et réductions
    • Rencontres et Detailing Art Classes

Calendriers

Il n’y a aucun résultat à afficher.

Il n’y a aucun résultat à afficher.


Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui contiennent…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


AIM


MSN


Website URL


ICQ


Yahoo


Jabber


Skype


Localisation:


Voiture


Moto


Vélo


Intérets

7 résultats trouvés

  1. Pierre

    Guide d'achat pour les débutants

    Guide d'achat pour les débutants Face à la multitude de produits et accessoires disponibles pour chaque étape du Detailing, le choix pour un débutant n'est pas forcément facile. Pour aider les indécis, ceux qui n'ont pas envie de lire tous les retours, ceux qui ont fait leur liste d'achat et qui s'aperçoivent qu'un produit/accessoire n'est plus disponible, voici une liste pour chaque étape parmi ceux qui ont fait leur preuve. Cette liste n'est ni exhaustive, ni une bible de ce qu'il faut posséder. Elle sert juste à guider le débutant. Le prélavage : Le prélavage a pour but d'enlever le plus gros de la contamination sans action mécanique. On utilise pour cela soit de la mousse (snow foam) à projeter avec un nettoyeur haute pression équipé d'une foam lance soit des produits à pulvériser à l'aide d'un spray a pré-pression ou d'un spray classique. Snow foam : Auto Finesse Avalanche Valet Pro Advanced Neutral Snow Foam Autres produits : Auto Finesse Citrus Power Valet Pro Citrus Pre-Wash Les shampoings : Il existe deux types de shampoing : Les shampoings d'entretient qui préservent les cires. Ils sont destinés à un usage régulier. Les shampoings fort qui retirent les cires. On les appelle cleaner et sont à utiliser avant un valeting ou un detailing, c'est à dire non pas dans le cas d'un lavage régulier mais lorsque l'on va passer aux autres étapes par la suite. Les shampoings d'entretient peuvent étre réparti en deux catégories, en fonction de la présence ou non d'agents lustrants ou de cires. S'ils en possedent, ils apportent leur touche au rendu final, s'ils n'en ont pas ils sont dit neutre et le rendu final sera celui de la cire. Guide du lavage Shampoings d'entretient neutre : Auto Finesse Lather Dodo Juice Supernatural Shampoo Gyeon Q²M Bathe Valet Pro Concentrated Car Shampoo Shampoings d'entretient lustrant : Polish Angel Glissante Polish Angel Flake Duragloss #901 Gyeon Q²M Bathe+ Shampoings cleaner : Chemical Guys Strong Wash Chemical Guys Citrus Wash and Gloss Les clays : Elles servent à enlever les contaminants incrustés dans la surface et qui ne sont pas partis lors du lavage. Il existe trois types de clay : Les douces pour un usage fréquent (plusieurs fois par an) Les moyennes à utiliser tous les ans Les agressives pour les grosses rénovations Attention lors du choix d'une clay ! Une douce n'enlèvera pas forcément toute la contamination s'il y en a de trop et une agressive risque de laisser des marques (marring) surtout sur des vernis tendre. En cas de doute, prenez donc une moyenne. Guide de la clay Douces : Sonus Ultra Fine Detailing Clay Pinnacle Ultra Fine Poly-Clay Moyennes : Auto Finesse Clay Bar Meguiar's Smooth Surface Clay Dodo Juice Supernatural Detailing Clay Agressives : N/A Les lubrifiants pour clay : Les lubrifiants permettent une glisse optimale de la clay. Ils s'utilisent tel quel ou peuvent/doivent être dilué. Meguiar's Last Touch Auto Finesse Glide Dodo Juice Born Slippy Dodo Juice Low on Eau Optimum No-Rinse Wash & Shine Valet Pro Citrus Bling Les Quick Detailer : Les Quick Detailer permettent un nettoyage rapide (fines poussières, traces de doigt, ...) et peuvent etre utilisé après un lavage pour enlever les traces de calcaire. Certains sont neutres, d'autres contiennent des lustrants. Ils peuvent aussi dans certains cas servir de lubrifiant pour la clay. Auto Finesse Finale Meguiar's Last Touch Poorboy's QD+ Dodo Juice Low on Eau Optimum No-Rinse Wash & Shine Valet Pro Citrus Bling Les polish : Il s'agit d'abrasifs servant à supprimer les micro-rayures et les défauts de surface. Ils sont classés en fonctions de leur niveau d'abrasivité : les forts abrasifs (compound) et les faiblements abrasif / de finition (polish). Guide du polissage Utilisation à la machine : Scholl Concepts S2, S3, S30+, S40 Menzerna FG400, FG500, PG1000, IP2100, PF2300, PF2500, FF3000, SF4000 Meguiar's #105, #205, #85, #83, #80 Utilisation à la main : Meguiar's Ultimate Compound, Ultimate Polish et SwirlX Les All In One (AIO) : Les AIO permettent de supprimer/masquer les défauts (abrasifs et/ou remplisseurs), nourrir la surface (glaze) et apportent une protection (cire). Auto Finesse Tripple AIO Valet Pro Achilles Prep Poorboy's Black Hole Poorboy's White Diamond Les cleaners : Les cleaners préparent la surface (la nettoie avant l'application d'une cire). Certains peuvent aussi la nourrir en ayant une fonction de glaze. Guide de la préparation de surface Polish Angel Esclate Lotion Polish Angel Invincible Auto Finesse Rejuvenate Auto Finesse Tough Prep Gyeon PREP Dodo Juice Supernatural Micro Prime Dodo Juice Lime Prime (Lite) IPA Les glaze : Les glaze ont pour but de nourrir la surface avant l'application d'une cire. Ils peuvent avoir également un effet cleaner ou remplisseur ou encore apporter une légère protection. Clearkote Red Moose Machine Glaze Meguiar's Show Car Glaze Les cires : Trois types de cire existent : Les synthétiques (sealant) Les naturelles (à base de carnauba) Les hybrides (mélange sealant/carnauba) Guide des cires Sealants : Polish Angel Cosmic Polish Angel Master Sealant Gyeon Q² MOHS Auto Finesse Power Seal Auto Finesse Tough Coat Paint Sealant Wolfgang Deep Gloss Paint Sealant, Deep Gloss Spritz Sealant Zaino Z2, Z3, Z5, Z-CS Duragloss #111 Clear Coat Polish Carnaubas : Auto Finesse Desire Auto Finesse Illusion Auto Finesse Spirit Polish Angel French Kiss Polish Angel Esoteric Zymöl Concours Swissvax Concorso Swissvax Shield Hybrides : Polish Angel Famous Polish Angel Black Centurion Wolfgang Füzion Dodo Juice Supernatural Hybrid Naviwax Ioncoat Light, Dark & Ultimate Les Quick Wax : Les Quick Wax servent à booster le rendu et la protection de la cire pour donner un look "just waxed". Auto Finesse Finale Polish Angel Connoisseur Rapidwaxx Polish Angel Carnauba Arts Wax Your Colour Gyeon Cure Zaino Z6 & Z8 Wolfgang Detail Spritz Les nettoyants jantes : Ils sont classés en trois catégories : Nettoyant léger (entretient régulier) Nettoyant puissant (très agressif) Décontaminant ferreux (dissolvent les particules de fer) Entretient régulier : Auto Finesse Imperial & Imperial Concentrate Valet Pro Bilberry Safe Wheel Cleaner Dodo Juice Supernatural pH-Neutral Wheel Cleaner Nettoyant puissant : Cartec Wheel Cleaner Meguiar's Wheel Brightener Décontaminant ferreux : Auto Finesse Iron Out Gyeon IRON Bilt Hamber Korrosol Valet Pro Dragon's Breath CarPro IronX Les protections jantes : Il s'agit de cire dont le rôle est à la fois d'apporter brillance, protection et de limiter l'adhérence des particules sur la surface facilitant ainsi le nettoyage. Polish Angel Supersport PTFE Gyeon Q² RIM Auto Finesse Mint Rims Les produits cuir : Les produits pour le cuir fonctionnent par paire : un nettoyant et un nourrissant/protecteur Guide sur le cuir Colourlock Swissvax Leather Magic Gliptone Les nettoyants vitres : Il existe deux types de nettoyant vitre : hydrophobe (déperlant) ou nettoyant classique Hydrophobe : Stoner Invisible Glass Rain Repellent Polish Angel Diver Nettoyant classique : Stoner Invisible Glass Polish Angel Agent Auto Finesse Crystal Glass Cleaner Meguiar’s Glass Cleaner Concentrate Les polish vitres : Ils ont pour rôle de décontaminer les surfaces vitrées à l'instar d'une clay et de les préparer à la pose d'un sealant Polish Angel Cristal CarPro CeriGlass Einszett Glas Polish Autoglym Polish Vitres Les sealants vitres : Ils offrent un effet déperlant et minimisent ainsi l'utilisation des essuies glaces et les traces d'eau sur les vitres Aquapel Rain Repellent Glass Treatment G|Techniq G1 ClearVision Smart Glass / G5 Water Repellent Coating for Glass and Perspex Car-Lack 68 Glass Sealing Kit Matériel et accessoires : Prélavage : Gilmour Foamaster II Gloria Foam Master FM 10 Gloria Foam Master FM 50 Spray : Kwazar Mercury 360+ / Mercury Pro+ Gant : Il existe deux types de gants, ceux en mouton et ceux en microfibre. Les gants en mouton : Dodo Juice Supernatural Wash Mitt (Yeti's Fist) Dodo Juice Supernatural Short Hair Wash Mitt (Wookie's Fist) Dodo Juice Supernatural Wash Mitt (Wookie's Fist) Les gants en microfibre : Microfiber Madness Incredimitt Meguiar's Microfibre Wash Mitt Pinceau : Ils servent pour les jantes, les joints, les plastiques, l'intérieur,... AutoFinesse Hog Hair Detailing Brushes Swissvax Brush Valet Pro Pinceaux Wheel & Detail Brosse : Les brosses à jantes : Eimann Fabrik Wheel Woolies EZ Detail Brush Les brosses pour l'intérieur : Meguiar's All-Surface Interior Brush Swissvax / Colourlock Brosse de nettoyage cuir Microfibre : Les microfibres de séchage : Microfiber Madness Dry Me Crazy Chemical Guys Wooly Mammoth Drying Towel Microfiber Madness Waverider Poorboy's Waffle Weave Microfibre Drying Towel Les microfibres vitre : Polish Angel Glasseide Dodo Juice Mint Merkin Waffle Weave Glass Towel Les microfibres de buffing : Microfiber Madness Summit 800 Monster Microfiber Purple Monster Eurow Shag Pile Double Density Polish Angel Soft Heaven Wax & Polish Towel Dodo Juice Fantastic Fur Microfibre Buffing Cloth Applicateur : Les applicateurs en mousse : Auto Finesse Waxmate Polish Angel Wax & Coating Planets Applikators Les applicateurs en microfibre : Eurow Round Pocket Applicator Sonüs Blue Perl Microfibre Applicator Les applicateurs spécifiques : Wolfgang German Applicator Meguiar's Tyre Dressing Applicator IDDN Certification
  2. Pierre

    Tout sur le polissage

    Tout sur le polissage Cette présentation a pour but de vous expliquer le fonctionnement d'une polisseuse afin d'enlever les micro-rayures, les griffes, appliquer un glaze ou une cire. Elle est surtout théorique afin de vous aider dans le choix de votre matériel : polisseuse, polish, pads, ... Pour des explications plus techniques, rendez vous dans la rubrique Tutoriaux. Vous y trouverez des guides comme celui sur l'utilisation de la Meguiar's G220. Mais avant tout, pourquoi polir ? C'est le polissage et non le cirage qui offre le plus de bénéfice à l'apparence de la peinture. Afin de maintenir une peinture en bon état, il ne faut polir que lorsque c'est nécessaire car on enlève à chaque fois une fine couche de la carrosserie. Si la peinture est neuve, ce n'est pas la peine d'utiliser des polish fortement abrasifs. Un polish de finition voir un pre-wax cleaner, un AIO ou un glaze suffisent à redonner le brillant. Même en ayant le plus grand soin de sa voiture, tôt ou tard la peinture aura des défauts dus à l'oxydation, des tâches d'eau, aux pluie acide, des traces de sable ou chimiques, des éraflures, ... Tous ces défauts se règlent de la même façon. Les grosses imperfections s'en vont avec un compound ou un polish intensif. Ceux-ci vont enlever 90% des défauts. Les 10% restant partiront avec un polish de finition. Il se peut que vous ayez à polir une surface plusieurs fois et avec différents polish pour obtenir un beau résultat. Ne soyez pas découragé, c'est normal. Vous devrez expérimenter une variété de polish et de combinaison de pad pour obtenir le meilleur résultat. Il n'y a pas de combinaison gagnante à tous les coups de pad et polish. La façon d'utiliser la polisseuse, le climat, la dureté de la peinture, sa couleur, ... sont des facteurs qui influent sur le résultat final. Ne soyez pas déçu si votre première expérience n'est pas parfaite car un petit changement (de pad, de polish ou de vitesse) peut faire une grosse différence. Il existe deux types de polisseuses : les rotatives et les orbitales. Dans ces dernières, les plus répandues/connues sont les Dual Action (double action). La polisseuse rotative est bien souvent préférée à la polisseuse orbitale en raison de son efficacité et de son rendement sur des carrosseries très abimées. Par exemple, les travaux de restauration de vernis particulièrement durs et abimés ou de zones poncées sont très difficiles, voire impossibles à effectuer avec une polisseuse orbitale. Ceci est dû à la conception même de la machine : par rapport au mouvement orbital, le mouvement rotatif induit un passage plus rapide et plus soutenu. Il en résulte un échauffement plus rapide de la zone travaillée et une friction des polishes plus efficace. Les polisseuses rotatives travaillent sur le couple et la chaleur dégagée. A l'inverse, les polisseuses orbitales travaillent sur la vitesse en reproduisant le mouvement de la main. Il faut certes plus de temps pour arriver au même résultat, mais le travail se fait en toute sécurité et les finitions sont parfaites. Alors que les résidus de polish sont toujours bien présents au bout de 4 à 5 minutes de polissage avec une machine à mouvement orbital, ils commenceront à disparaitre au bout de 30 à 45 secondes sous l'action d'une polisseuse rotative. Ce type de machine est donc bien plus efficace quand il s'agit de « casser » le polish. Les polisseuses rotatives Lors d'un achat de polisseuse rotative, il convient de prendre en compte l'aspect budgétaire : si certaines machines se vendent à 50 € sur Ebay, d'autres plus perfectionnées peuvent afficher des tarifs atteignant 500 €. D'un point de vue technique : Le modèle choisi doit proposer au démarrage une vitesse de rotation comprise entre 800 et 1000 TPM (tours par minute, ou RPM en anglais). Sa vitesse maximale doit être au moins à 2000 TPM. La régulation électronique de la vitesse est une autre fonction importante à laquelle il est bon d'être attentif : elle permet de garder une vitesse constante lorsqu'une pression est exercée sur la machine. Attention, tous les modèles ne proposent pas cette option ! Moins important de prime abord, la présence d'une poignée de maintien et un poids si possible inférieur à 3 kg se révéleront bien utiles si vous utilisez souvent votre matériel. Partant de là, la sélection de la marque résultera d'un choix purement personnel : les plus grands constructeurs commercialisent des références incontournables et taillées sur mesure pour le polissage de carrosserie. Citons pèle-mêle les Makita 9227CB, Festool Shinex RAP, Metabo PE 12-175, Rupes LH series, Flex PE series et L series, ... Ces marques proposent des modèles d'excellente facture qui se... facturent de 200 € à plus 400 €. Makita ou Festool sont des marques reconnues au niveau de l'outillage industriel. Leur niveau de finition est élevé et supérieur par exemple à Black & Decker. Dans un autre style, Rupes ou Flex vous proposent des polisseuses performantes pour un poids réduit de 1,9 kg ! Si votre budget ne vous permet pas d'acquérir ce genre de machine, il vous est toujours possible de vous rabattre sur les modèles disponibles via Ebay. La célèbre Krauss en est le plus connu. Pour un prix variant entre 50 € et 80 € (selon les packs et accessoires), vous pouvez vous équiper d'une machine qui satisfait de nombreux utilisateurs occasionnels. Revers de la médaille : la régulation électronique n'est pas au programme, la finition est moindre et le poids plus conséquent (environs 4kg). Les polisseuses orbitales (double action) Les polisseuses orbitales les plus répandues ont longtemps été la Porter Cable 7424 et l'Ultimate Detailing Machine. Ces modèles sont américains et nécessitent l'utilisation d'un adaptateur secteur 220V/110V onéreux pour pouvoir être utilisé en Europe. Sur le marché européen, Meguiar's propose depuis début 2008 la G220EU qui est une Porter Cable 7424 améliorée et qui fonctionne en 220V. Son équivalent pour le marché américain et la G110. Ce marché étant bien moins concurrentiel que celui des rotatives, la Meguiar's G220 a donc longtemps été seule. Cette machine, qui coûte dans environ 200 €, conçue pour la rénovation automobile a fait le bonheur des passionnés européens jusqu'alors peu gâtés. Il existe maintenant une G220V2 qui propose des petites nouveautés et plus de puissance. Une autre marque a fait son apparition ces dernière année : Kestrel avec la DAS-6 Dual Action Polisher, que l'on peut se procurer pour moins d'une centaine d'euros. Les Kestrel DAS-6 et DAS-6 Pro sont des équivalents respectifs des G220 et G220V2. Les Kestrel sont déclinées dans d'autre marque comme par exemple la Krauss DB-5800S. La différence entre une polisseuse rotative et une orbitale double action est essentiellement du au mouvement qu'elle inflige à la mousse de polissage (pad) et donc la façon dont est travaillé l'abrasif (le polish) : Mouvement des polisseuses double action Ces polisseuses sont appelées Dual Action car c'est une caractéristique du mouvement de leur tête. Le plateau tourne sur un axe central (grâce à la force centrifuge) et cet axe est entraîné de façon excentrique. C'est comme l'orbite de la terre qui tourne sur elle-même et également autour du soleil. Voici le dessous d'une Porter Cable 7424 : Vous voyez que la fixation pour le plateau (backing plate) est excentrée. Le contrepoids (counterweight) est diamétralement opposé au plateau pour équilibrer le poids du tampon et du plateau, évitant ainsi les balancements et amortissant les vibrations du tampon en rotation sur son orbite. Plus la combinaison du poids du plateau et du pad est légère, plus la polisseuse sera efficace. L'action orbitale de la tête prévient la formation d'hologramme ainsi que de brûler la peinture. La polisseuse orbitale imite donc le polissage circulaire fait à la main, mais a très haute vitesse. Voila le mouvement résultant sur la carrosserie : Ces machines fonctionnent normalement à des vitesses comprises entre 2500 et 6000 orbites par minutes. On parle d'orbite par minutes (OPM) pour les orbitale et de tour par minute pour les rotatives (RPM). A 6000 OPM, elles font un gros travail. Les polisseuses orbitales se caractérisent par leur puissance, leur orbite et leurs accessoires. Une polisseuse orbitale et une rotative travaille différemment. Pour appliquer un compound avec une rotative, on va travailler dans une plage de 1200 à 1800 RPM. La taille du pad, le couple du moteur et un peu de pression vont générer la bonne quantité de chaleur pour casser le compound et amener le brillant sur la peinture. Avec une orbitale, la vitesse du pad génère l'énergie nécessaire pour obtenir l'action du compound. Il faut donc monter la vitesse de l'orbitale pour enlever les défauts. La rotation et l'orbite de la mousse produit un mouvement irrégulier qui évite à la polisseuse de brûler la peinture. Les polisseuses orbitales sont très simples à utiliser car elles produisent très peu de chaleur comparé à une rotative. Elles permettent de travailler quasiment sans risque et assurent une finition parfaite. La contrepartie a cette sécurité et qu'une polisseuse orbitale travaille moins vite et ne pourra pas enlever les griffes profondes. Alors qu'elle améliorera l'apparence des griffes et enlèvera presque toutes les micro-rayures, une polisseuse orbitale ne produit pas assez de chaleur pour travailler profondément dans la peinture. Si vous avez une zone avec des dégâts que la polisseuse orbitale n'enlève pas, vous avez plusieurs solutions : faire du wet sanding avec un papier de verre avec un grain de 1500 à 2000, utiliser une polisseuse rotative ou vivre avec... Les polisseuses roto-orbitales Depuis peu est apparu un troisième type de polisseuse qui reprend les avantages des deux précédentes (rotatives et orbitales) sans en avoir les inconvénients : les roto-orbitales (ou roto-excentrique, excentrique, orbitale excentrique, ...). Les plus connues sont les Rupes BigFoot (LHR 15ES, LHR 21ES), les Festool Rotex, la Flex XC 3401 VRG ou la Chemical Guys No Swirls! XTREME S08 DA Polisher. Le principe est celui d'une rotative avec l'axe du plateau excentré de façon a créer un mouvement orbital. L'axe du plateau ne tourne pas sur lui même contrairement au Dual Action : Le mouvement résultant est d'une part proche de celui d’une rotative assurant ainsi une correction rapide des défauts et d'autre part le déplacement de la mousse de polissage grâce au mouvement excentrique offre la sécurité d’une orbitale. Plus l'axe est excentrée, plus la mousse est en mouvement et donc plus la polisseuse est sure. En général, l'axe est excentré de 8 mm. Ces roto-orbitales réunissent donc le meilleur de la rotative te de l'orbitale. Lors du choix d'une machine, il faut tenir compte de la vitesse de rotation, de la puissance, de la présence d'une régulation électronique et du poids. Le minimum pour commencer est d'avoir une bonne polisseuse (rotative, orbitale ou roto-orbitale) mais aussi un plateau en velcro, un (des) mousse(s) de polissage et du (des) polishs. Les plateaux (backing plate) Il existe plusieurs types de plateau pour fixer les mousses, allant d'un diamètre de 3 à 7 pouces. Le plateau possède un velcro afin d’y fixer rapidement les pads (qui viennent se scratcher dessus). Le plateau doit toujours être plus petit que la mousse afin d'éviter qu'il entre en contact avec la carrosserie et ne fasse des dégâts. Ses bords doivent dépasser de 0,5 cm environ au minimum afin de ne pas faire frotter le plateau contre la carrosserie lors de polissage à la verticale. L'exemple typique est le polissage du bas du coffre avec le plateau qui frotte contre le pare-choc. La différence entre le plateau et le pad doit être de 1,5 pouce (plateau de 5 pouces et pad de 6,5 pouces par exemple) pour les grands et de 0,5 pouce pour les petits (plateau de 3,5 pouces et pad de 4 pouces par exemple). Pour travailler proprement et en toute sécurité, la combinaison tampon et plateau doit être équilibré avec le contrepoids installé (pour les polisseuses orbitales). S'il n'y avait pas de contrepoids, vous ne pourriez pas utiliser la polisseuse plus de quelques minutes avant que votre main ne s'engourdisse. Souvent le(s) plateau(x) fourni(ent) avec la polisseuse ne sont pas de bonne qualité ou de la bonne taille. Il convient donc d'en acheter d'autre. En général on privilégiera deux tailles : grand : 5 ou 6 pouces pour des pads de 6,5 ou 7 pouces petit : 3 pouces pour des pads de 80mm ou 4 pouces Les backing plate peuvent être en mousse (d'une densité très molle a très dure) ou en polyuréthane (légèrement flexible). Les plus connus en mousse pour les rotatives sont les 3M ou les Gloss-it. Si vous ne savez pas trop quoi prendre (souple ou dur), les Lake Country en polyuréthane restent le meilleur compromis. Pour les orbitales c'est essentiellement des plateaux en polyuréthane : Meguiar's, Lake Country, ... Lors de l'achat, attention a ne pas vous trompez : les polisseuses rotatives ont besoin d'un plateau avec un pas de vis M14 (européen) alors que les orbitales nécessitent un plateau avec une tige filetée. Les mousses de polissage (pad) Le pad ou mousse de polissage est le support qui fait interaction entre la machine et le produit. Comme pour le polish, il est important de bien choisir son pad en fonction des défauts et du polish utilisé. Avec un polish abrasif, on utilisera un pad abrasif ayant une mousse plus dure et qui chauffera beaucoup plus vite le support d'application. C'est radical contre les défauts (attention de ne pas trop forcer sur la carrosserie avec ce type de pad). A l'extrême opposé, on utilisera un pad moins ou pas abrasif (avec une mousse molle) pour appliquer des polish de finition, cires ou bien sealants. Il existe donc plusieurs types de mousse (pad) et plusieurs tailles (la plus courante étant 6,5 pouces). On les distingue par leur degré d’abrasivité (c'est-à-dire la dureté de la mousse) : wool pad : en peau de mouton (naturelle ou synthétique). C’est le plus agressif des pads, pour les travaux de ponçage à l'eau (wet sanding). A utiliser avec un compound et une polisseuse circulaire (normalement) cutting : a utiliser avec les polish intensifs et compounds light cutting : pour les polish intensifs et de finition polishing : pour les polish de finition et les anti-hologramme finishing : pour les polish anti-hologramme, les glaze et sealant/cire finessing : pour les glaze et sealant/cire Le pad doit être utilisé avec le polish adéquat pour obtenir le résultat escompté. N'essayer pas d'utiliser un polish de finition avec un cutting pad pour enlever une forte oxydation ou des micro-rayures. Ca ne fonctionnera pas ! Pour appliquer le produit sur le pad, il existe plusieurs méthodes qui fonctionnent bien : faire un rond avec le produit à 2 cm du bord du pad a privilégier avec les orbitales qui ont tendance a ramener le polish au centre du pad faire un "X" a travers le pad valable aussi pour les orbitales mettre quelques noisettes (3 - 4) sur le pads pour les rotatives Les pad en mousse les plus répandus sont les Lake Country Constant Pressure, les Lake Country Hydro-Tech, les Scholl Concepts, les Menzerna et les nouveaux pads de chez France Detailing. Pour les pads en laine, les Lake Country synthétique restent une référence, les Scholl Concepts sont eux naturels et d'excellente facture. Il existe aussi des bonnets en microfibre pour mettre au dessus des pads afin d'enlever rapidement les polish et cire (buffing). Pour nettoyer les pad, le plus simple est de les laver. Il n'y a pas si longtemps les fabricants déconseillaient le lavage car l'eau et les détergents détachaient le velcro de la mousse. Ce problème est maintenant résolu en grande partie. Laver un pad tous les jours est contraignant pour les professionnels. La plus simple solution est alors de les nettoyer à sec avec une brosse (en nylon ou en poils de cheval) pour enlever les dépôts de produit et de les conserver dans des sacs congélation en indiquant sur le sac quel produit est présent sur le pad. Quand le pad est trop sale, il est temps de le laver. Ne pas laver les pad a la machine mais a la main. Mettre 15 ml de liquide vaisselle dans un seau de 10 litres et compléter avec de l'eau. Laisser tremper le pad 30 minutes dans le seau puis masser le pad pour enlever la couche de produits. Changer l'eau du seau, rincer le pad, le presser et le laisser sécher a l'air. Ne pas mettre au sèche linge ! Il existe aussi des détergents pour microfibre et pad ; le meilleur étant le DP Polishing Pad Rejuvenator. Les polishs Le tableau d'abrasivité des différents polish reprend déjà les principaux polish, leur abrasivité, leur finition, la façon de les utiliser, ... Ici je vais juste détailler la fonction de chaque catégorie et leur image. 1) Compound : en rouge dans le tableau. C'est un polish très agressifs pour retirer les fortes oxydations, de gros défaut sur la peinture et les rayures causées par le papier de verre (wet sanding). A utiliser avec un wool pad ou un cutting pad. Toujours commencer à travailler avec le pad et le compound le moins agressif possible ! Utiliser le compound que lorsque l'on sait parfaitement ce que l'on fait ! Normalement les compounds sont utilisés avec les polisseuses circulaires. Pour l’utilisation avec des polisseuses orbitales, il convient d’utiliser un pad de 4 pouces afin de pouvoir générer assez de chaleur pour casser le produit (la surface étant moins grande, la puissance est plus concentrée). N’utilisez un compound que si un polish intensif n’est pas venu à bout des défauts. 2) Polish : a utiliser pour enlever les rayures, les imperfections, les traces d'eau, les taches de pluies acides, l'oxydation et les micro-rayures causées par les compound. Il existe deux sortes de polish : intensif (à utiliser avec des cutting pad et light cutting pad) et de finition (à utiliser avec les polishing pad). Un polish intensif (en jaune dans le tableau) est plus abrasif qu'un polish de finition. Il sert à corriger les défauts moyens mais laisse de petites imperfections. Après le passage d'un polish intensif, il est obligatoire de passer un polish de finition. Les polish intensifs s’appliquent avec un pad de 6 pouces ou pour augmenter leur action avec un pad de 4pouces. A n’utiliser que si les traces ne partent pas avec un polish de finition. Un polish de finition (ou polish léger) est représenter en vert dans le tableau. Il permet d'enlever les petits défauts ainsi que ceux laissés par le polish intensif. Il offre un meilleur rendu (plus brillant). Ils sont à appliquer avec un pad de 6 pouces. 3) Glaze : appelé également lustrant. Il n'a pas ou quasiment pas de pouvoir abrasif pour enlever des imperfections mais va augmenter la brillance. Ils apportent des huiles pour remplacer celles perdues, un effet mouillé et une profondeur à la couleur. A utiliser avec un finishing pad ou un finessing pad. Exemple de glaze : Menzerna Finishing Touch Glaze, Meguiar’s #7, ClearKote Red Moose Machine Glaze, ... 4) Pre-wax cleaner : il contient des agents chimiques pour enlever les contaminations de surface qui ne partent pas au lavage ou a la clay. A utiliser avec un finishing pad. 5) Cire : elle apporte une protection à la peinture. Elle est le plus souvent liquide mais on peut également appliquer des cires solides avec la polisseuse. A utiliser avec un finishing pad ou un finessing pad. Utilisation de la polisseuse Votre voiture doit être lavée et sèche avant d'opérer. Travailler avec un bon éclairage. L'utilisation d'un halogène est l'idéal. Enlever bagues, montre, bracelet, ceintures et tout ce qui peut rayer la carrosserie. Porter un tablier pour protéger vos vêtements et la peinture. Utiliser du scotch de peintre pour protéger les plastiques (fenêtre, pare-brise, calandre, antenne, ...). Pour des raisons de sécurité, il faut toujours démarrer ou arrêter la polisseuse quand elle est à plat sur la carrosserie. Il faut la tenir fermement et l'allumer avec le pouce. Commencer à travailler à une vitesse de 3 ou 4 pour un orbitale, 1200-1500 pour une rotative. C'est un bon début. Un pad de 4 pouces permet d'aller dans des petites zones ou de faire une réparation sur une petite surface. Polir avec la polisseuse à plat sur la surface de la voiture. Si on incline la polisseuse, on risque de trop chauffer et bruler la peinture, de couper le pad avec le plateau ou d'abimer les plastiques. Contrairement à une rotative qui est capable de fournir de l'énergie sur le bord du pad en l'inclinant de quelques degrés, une polisseuse orbitale n'est pas capable de concentrer efficacement le polissage. Appliquer un ou deux spray de quick detailer sur un pad propre pour commencer. Ne pas mettre trop peu de polish sinon c'est la pad qui va travailler et fera sécher le polish avant qu'il n’agisse. Mettre assez de polish pour travailler une zone pendant une à deux minutes avant que le polish ne soit cassé (formation de brouillard). Passer le cordon d'alimentation autour du poignet et au dessus de l'épaule pour éviter d'abimer la peinture avec. Travailler avec la polisseuse avec un mouvement gauche/droite en balayant lentement et en recoupant la passe précédente de 50% de la largeur du tampon. Passer ensuite à un mouvement haut/bas sur cette même zone. Voila un schéma qui résume comment passer correctement la polisseuse : Et la même chose en gif animé : Utiliser un tampon propre par produit. Ne pas mixer les produits sur un tampon. Si le tampon a une couche sèche de produit dessus, utiliser une brosse en nylon ou en poils de cheval pour le nettoyer (la polisseuse doit être arrêtée). Voila pour la théorie. Il reste a vous équiper et vous lancer (de préférence sur un capot récupérer dans une casse) IDDN Certification
  3. Pierre

    Tout sur la clay

    Tout sur la clay La clay a fait son apparition au début des années 90 au Japon et à rapidemment révolutionné le monde du Detailing (professionnels et amateurs). Auparavant, l'enlèvement des contaminations de surface passait par un ponçage ou un polissage. Si la méthode était efficace, la couche supérieure (vernis ou peinture) était malheureusement victime de dommages collatéraux pas toujours justifiés. Le public perçoit donc rapidement les avantages de la clay qui va permettre de retirer les contaminations de manière précise et quasiment sans risque. 1. Principe : Sans entrer dans les détails de la composition chimique, la clay se compose d'une base argileuse à laquelle est ajoutée des abrasifs. Ces derniers sont requis pour effectuer le nettoyage. Et c'est eux qui font la caractéristique principale de la clay : son dégré d'abrasion ou d'aggressivité. On peut classer les clays en trois catégories en fonction de leur degré : douce moyenne agressive On utilise en général des clays moyennes ; les plus répandues étant : Meguiar's Smooth Surface Clay Bar, Dodo Juice Supernatural Detailing Clay, Zaino Z-18 ClayBar, Clay magic Fine Grade. La décontamination se fait alors une fois par an à la sortie de l'hivers. Pour un entretient plus régulier (plusieurs fois par an), les clays douces sont le choix idéal. Citons par exemple la Sonüs SFX Ultra-Fine Detailing Clay ou la Pinnacle Ultra PolyClay. Dans le cas d'une voiture fortement contaminée et avant une rénovation, on utilisera une clay agressive. Elle laissera souvent des marques sur la carrosserie mais celles-ci seront supprimées par le polissage. Les plus connues étant : Meguiar's Detailing Clay Aggressive, Wolfs Chemicals Aggressive Detailing Clay, Clay magic Medium Grade. Le schéma ci-dessous vous montre l'action de la clay. Vous remarquez le nombre de contaminations encore présentes sur la surface malgré un lavage minutieux. La surface est rêche au toucher et fait du bruit au passage de la main. L’utilisation d’une clay va permettre le retrait des contaminations visibles (points de goudrons résiduels, taches de peintures, ...) et des contaminations invisibles (oxydation et dépôts divers). Les abrasifs vont décoler la contamination tandis que la souplesse de l'argile va permettre d'épouser la surface et capter les contaminants. On perçoit vite le bénéfice d'une telle action : sur une surface débarrassée de sa rugosité, les couches protectrices s'accrocheront mieux et gagneront en efficacité. Dans le cas contraire, l’application d’un quelconque produit de finition ressemblerait à du gaspillage. Et pour peu qu’un de ces produits soit légèrement abrasif, vous vous exposez à un détachement partiel de contaminants susceptibles de provoquer des rayures lors de l’application. Cette remarque vaut aussi pour les tampons de votre polisseuse. L'efficacité de cette dernière rend l’usage d’une clay optionnel, mais il est cependant plus sûr (diminution du risque de rayure), plus pratique, plus rapide et plus propre (état des tampons) d’en utiliser une malgré tout. L’usage réfléchi de la clay (prenez garde aux plus abrasives) est donc, pour l’amateur averti, une condition sine qua non pour l’obtention d’une surface de travail parfaitement nette et saine. La clay ne retire pas les rayures ou micro-rayures malgré qu'elle possède des abrasifs. Une clay peut être réutilisée mais elle doit être remplacée lorsqu'elle est trop contaminée. 2. Utilisation : La clay s'utilise avec un lubrifiant (Clay Lube). Certaines sont vendues en kit avec leur lubrifiant : Meguiar's Quik Clay, Clay Magic Perfect Finish Kit, Sonüs SFX Detail Clay Sampler, Mothers California Gold Clay Bar System, Autoglym Surface Detailing Clay Kit. C'est certe pratique pour commencer mais on consomme tout le lubrifiant dès la première utilisation. Si la voiture est fort contaminée, on risque même de tomber a court. Il existe de nombreux lubrifiants qui s'averent plus économique à l'usage que ceux fourni avec les kit. Les plus économique restant ceux a dilué ; entre autre : Meguiar's Last Touch, Optimum No Rinse Wash & Shine, Dodo Juice Born Slippy, Wolf's Chemicals Pink Slip. La majorité des Quick Detailer conviennent aussi très bien comme lubrifiant à clay. En plus du lubrifiant, il vous faut des microfibres dense, du type de celles utilisées avec les Quick Detailer. Avant de commencer la décontamination avec une clay, votre véhicule devra être scrupuleusement lavé. Pour un meilleur confort, il est conseillé de travailler à l'ombre pour que votre peinture reste froide au toucher. Si vous disposez d'une barre de 200g ou plus, découpez-la en plusieurs morceaux. Prenez-en un et aplatissez-le (comme un pancake). On travaille en général avec un bout de clay faisant entre 50 et 100g. Travaillez sur de petites sections (30cm x 30 cm). Vaporisez un Clay Lube ou un Quick Detailer afin de bien humidifier la zone. Faites glisser la clay sans appuyer dessus pour ne pas la déformer. Elle doit faire de l'aquaplaning sur la surface. Les mouvements doivent se faire dans le sens droite/gauche puis haut/bas. Ne faites surtout pas des cercles. Si la surface n'est pas assez lubrifiée ou que vous appuyez trop fort, la clay va accrocher/coller et risque de faire des traces de poncage (marring) ou des micro-rayures. Les contaminants sont détachés de la surface sous l'action de la clay et sont soit captés par la clay soit déposé sur la surface (d'ou l'importance d'avoir correctement lubrifiée la zone). Une fois la zone traitée, passez une microfibre assez dense pour essuyer le lubrifiant et récupérer les contaminations. Controlez votre travail en passant la main : la surface doit etre parfaitement lisse, glissante et ne dois pas faire de bruit sous le passage de la main. Avant de passer à une autre section, vérifiez la surface de la clay. S'il y a trop de contaminants, malaxer là en boule et refaite un pancake afin d'avoir une surface saine en contact avec la carrosserie et eviter de faire des micro-rayures. J'utilises une méthode rapide, précise et efficace qui va mieux que d'utiliser des petits bouts de clay comme on voit assez souvent. Elle consiste a prendre une clay complète (80 à 100g) que l'on aplatie entre ses paumes pour lui donner une forme de pancake (ronde et épaisse). Elle doit recouvrir votre paume. On la tient dans le creux de la main de façon à avoir le bout des doigts qui dépasse (la dernière phalange). L'avantage de cette méthode est qu'on la déforme moins car elle est épaisse, que les doigts n'exercent pas de pression sur la clay et qu'ils ne passent pas au travers. On doit donc moins souvent la remodeler. De plus, le bout des doigts peut tâter la carrosserie pendant le passage de la clay pour voir si il n'y a plus de contamination (toucher lisse). Enfin la clay offre une grande surface de contact pour un travail plus rapide et moins fatiguant. 3. Conseils : S'il fait froid, placez la clay dans un récipient d'eau tiède afin de ramollir la gomme et en faciliter le malaxage. Certaines personnes tendent à relaver leur voiture après utilisation de la clay pour éliminer les derniers résidus. Si vous avez bien travaillé, ce second lavage est inutile. Si vous venez de laver votre véhicule, il n'est pas nécessaire de le sécher avant de passer la clay. Rincez le soigneusement. L'eau résiduelle se mélangera au lubrifiant et sera essuyer avec la microfibre après le pasage de la clay N'hésitez pas à changer de microfibre si celle-ci est trop humide ou encrassée. Une clay tombée sur le sol doit être jetée à la poubelle immédiatement pour éviter tout problème par la suite (micro-rayures dues aux saletés qui se seront collées dessus lors de la chute). IDDN Certification
  4. Pierre

    Tout sur le lavage

    Tout sur le lavage Le lavage de votre auto est une étape importante car elle doit être effectuée régulièrement (toutes les semaines ou tous les 15 jours) et de façon optimale pour ne pas créer de microrayures ou d'hologrammes. C'est la base même du Detailing. Il permet de retirer les contaminants, préserver votre verni et mettre en valeur votre Detailing / Valeting. Le choix des produits et des accessoires est capital mais encore faut-il avoir une bonne technique de lavage. Microrayures Hologrammes Le diagramme ci-dessous représente une coupe de la carrosserie avant et après un lavage : On passe d'une contamination légère à une contamination mineure. Cela signifie que le lavage ne viendra pas a bout de tous les contaminants comme par exemple les points de goudron. Il est "juste" un entretient régulier de votre véhicule et la première étape d'un Detailing ou Valeting complet. L'étape suivante (cf. Les étapes à suivre en Detailing) qui est la décontamination via l'utilisation de la clay permet de venir à bout de toute la contamination de surface. En aucun cas durant un lavage il ne faut frotter ou gratter ; c'est les produits qui doivent agir, pas vous. Le lavage s'effectue en plusieurs étapes : Rinçage Prélavage Lavage des jantes Lavage de la carrosserie Séchage Elles vont être détaillées ci-après. Il s'agit cependant d'explications sur la méthode en général et les techniques en particulier afin d'avoir une référence pour effectuer un lavage dans les règles de l'art. Ce n'est en aucun cas un rituel précis à observer vu que les étapes varieront en fonction du degré de salissure de la voiture et que chacun a ses variantes ou astuces. Par exemple, je n'utilise qu'un seul gant de lavage que je retourne mais je le rince méticuleusement et que j'inspecte avant de le replonger dans le seau de shampoing. Avant de commencer : Il faut opérer par temps correct : vent faible, température acceptable. Il faut éviter les températures trop basse sinon l'eau va geler au contact de la carrosserie ainsi que les temperatures trop chaudes ou les produits et l'eau risquent de sécher sur la carrosserie et provoquer des traces. Le lavage doit donc se faire à l'ombre de préférence et sur une carrosserie froide. Faite un tour rapide de votre voiture pour juger de son état et décider des étapes que vous allez suivre (rincage, prélavage, shampoing, ...) et des produits et matériels nécessaires. Préparez tout ce dont vous avez besoin afin d'optimiser le temps passé et avoir tout sous la main quand c'est nécessaire. Le rincage : Cette étape est quasiment toujours nécessaire à moins de n'avoir que très peu de contaminant. Elle permet d'enlever une bonne partie de la contamination sans action mécanique (et donc sans risque de faire des microrayures) et facilite le lavage en ramollissant les saletés qui restent présentes sur la surface. Le rincage consiste à mouiller la surface à l'aide d'un tuyau d'arrosage ou d'un nettoyeur haute pession. On commence par les parties les plus sales (jantes, passage de roue, bas de caisse) puis on rince toute la voiture de haut en bas. On utilise le mode douchette et non le jet pour le tuyau d'arrosage ou un jet diffu pour le nettoyeur haute pression (la rotabuse est à proscrire en Detailing). Ce dernier ne doit pas depasser les 100 bars afin de ne pas endommager le verni. On opère à un metre de la carrosserie et on veille à garder un angle de 45 degrés de facon à chasser les contaminants. Avec un angle droit (90 degrés), les contaminants sont poussés dans la carrosserie et s'y incrustent davantage. On apportera une attention particulère aux zones sensibles (impact, verni ecaillé, ...) en evitant de passer dessus surtout au nettoyeur haute pression. Le prélavage : On effectue un prélavage lorsque la carrosserie est fortement contaminée afin de retirer une grosse partie des contaminants avant le lavage. Le prélavage se faisant sans action mécanique (contrairement au gant qui glisse sur la carrosserie), il est sans risque de microrayure et réduira les risques dans la phase de lavage vu qu'il y aura moins de contaminants. Le prélavage se fait soit à la mousse à l'aide d'une foam lance ou d'un foam gun soit avec un produit dédié à l'aide d'un pulvérisateur à pré-pression ou d'un spray. Dans le cas de la mousse, on utilise du snow foam qui est un shampoing moussant, produisant une mousse dense qui tient sur la carrosserie. La mousse va agir quelques minutes et décoller et mettre en suspension les particules les plus grosses, minimisant ainsi les risque de micro-rayures lors du passage du gant dans la phase de lavage. En tombant sous l'action de la gravité, elle embarque avec elle les contaminants qui ont été décollé. Il est fréquent d'augmenter le pouvoir nettoyant de la mousse en y ajoutant une dose de shampoing (moussant de préférence). La foam lance s'utilise raccordée à un nettoyeur haute pression tandis que le foam gun s'utilise raccordé à un tuyau d'arrosage. Pour l'utilisation d'un foam gun, il est necessaire d'avoir une bonne pression dans son réseau de distribution d'eau sous peine de ne pas produire assez de mousse. La foam lance fera toujours plus de mousse que le foam gun du fait de la pression du NHP. Pour obtenir d'avantage de mousse, il est préférable de remplir le réservoir (foam gun ou foam lance) avec de l'eau chaude. Utilisez une snow foam a pH neutre afin qu'elle n'attaque pas la cire (protection, durabilité). Laisser la agir quelques minutes avant de rincer, le temps qu'elle tombe à terre. Ne tardez pas trop non plus car par temps chaud elle peut sécher et par temps froid geler. Dans la ces d'un prélavage avec un produit spécifique, on l'utilise dans un pulvérisateur à pré-pression ou un spray classique. Attention dans ce cas à utiliser des produits qui n'attaquent pas la protection dans le cas d'un entretient régulier et à bien respecter les dilutions du fabriquant. Ces produits sont en général assez visqueux et collent à la carrosserie afin d'attaquer le film routier. Apres avoir posé quelques minutes, on procède comme pour la mousse à un rincage méticuleux au tuyau d'arrosage. Le lavage des jantes : On commence toujours par laver les jantes, les passages de roues et les pneus en premier car il risque d'y avoir des projections sur la carrosserie. De cette facon, après le lavage de la carroserie, il n'y a plus de contaminant ni de projection de produit jante sur celle-ci. Le lavage des jantes peut se faire avec un shampoing pour carrosserie dans le cas d'un entretient régulier ou à l'aide d'un produit pour jante si la contamination est plus importante. Ces derniers sont classés en deux catégories en fonction de s'ils sont fait pour un usage régulier sur des jantes relativement peu sale ou s'ils sont destinés à des jantes négligées. La dilution du produit jante peut aussi le classé tantôt dans la catégorie des nettoyants courants/légers et tantôt dans celle des nettoyants forts. Enfin, il existe un dernier type de produit : les désoxydants. Ils n'ont pas de pouvoir nettoyant à la base (même si l'on trouve des désoxydants combinés à des nettoyants léger) ; ils sont fait pour réagir avec les particules de fer des plaquettes et les dissoudre. Le nettoyage des jantes se fait à l'aide d'un gant dédié dans le cas de l'utilisation d'un shampoing. Si l'on emploi un nettoyant jante, on utilisera des pinceaux et brosse pour accéder à tous les recoins en fonction de la forme des jantes. Ces pinceaux et brosse sont également dédiés aux jantes. On pulvérise le nettoyant jante, on le laisse agir et on travaille la surface avec le pinceau ou la brosse. On fera attention aux éclaboussures : d'une part ça sali et d'autre part les produits peuvent entre relativement agressifs pour la peau. L'idéal est de porter des gants à usage unique. Ensuite, on rince bien la jante au tuyau ou au nettoyeur haute pression surtout dans le cas d'utilisation de nettoyant puissant (généralement fortement acide ou fortement basique). Si la saleté persiste, on procède à un deuxième passage et/ou si l'on a utilisé un nettoyant léger on repasse avec un nettoyant plus fort. Pour les pneus, on utilise un APC ou un produit dédié que l'on pulvérise sur le pneu. On le brosse avec un brosse réservée à cet usage et on rince. Cela permet d'avoir un pneu propre en profondeur, améliorant le rendu et la tenue dans le temps des dressing pour pneu. Pour les passages de roues, on utilisera également un APC ou un degreaser (dégraissant) que l'on spray puis brosse (toujours avec une brosse réservé à cet usage). On rince au tuyau d'arrosage ou au nettoyeur haute pression. Les pneus et passage de roues sont à nettoyer avant la jante car les produits pulvérisés peuvent aller sur la jante et les saletés décollées peuvent venir également la contaminée. Le lavage de la carrosserie : Le principe du lavage est d'enlever la saleté de surface en évitant de faire des microrayures. Les tourbillons (microrayures circulaires) sont typiques d'un lavage avec des mouvement en cercle et à l'aide d'une éponge qui racle la saleté, la garde à sa surface et la traine sur la carrosserie. Le choix du matériel et des produits est donc primordial. On privilégiera l'utilisation d'un gant en microfibre ou en mouton naturel de façon à capter les contaminants vers l'intérieur des fibres ou des poils et éviter de faire des microrayures. Le gant en mouton est plus moelleux et plus épais que le gant en microfibre mais aussi légèrement abrasif (il peut marquer les vernis les plus tendre) et est plus fragile. Il résiste en effet moins bien au shampoing les plus forts... On veillera également à utiliser la méthode des deux seaux pour ne pas contaminer l'eau de lavage ainsi qu'au moins un grit guard dans le seau de rinçage. Ce dernier évite les remous et garde les contaminants emprisonnés au fond du seau. Il sert également à frotter son gant pour le nettoyer des contaminants. Il est donc indispensable pour minimiser au maximum le risque de faire de microrayures. Pour ceux qui doutent de l'efficacité du système, il suffit d'observer l'eau de lavage restant à la fin et l'eau de rinçage ; les contaminants ne sont présents que dans le seau de rincage. Au risque de me répéter, le choix des accessoires est capital : il ne faut pas hésiter à investir dans un gant en mouton de qualité ou un gant en microfibre le plus épais possible. Les contaminants doivent être capté par le gant en profondeur afin d'éviter tous risque de micro-rayures sur la carrosserie. Les éponges en mousse classiques sont donc à proscrire. Utilisez des éponges en microfibres si vous n'aimez pas les gants ou en mousse alvéolées de façon à ce que les contaminants ne soient pas en contact avec la surface du véhicule. Le shampoing doit aussi faire l'objet de réflexion : veut on un shampoing lustrant pour booster le rendu de la carrosserie ou un shampoing neutre pour préserver le rendu de la cire ? Son pouvoir nettoyant doit être fonction de la contamination présente : s'il est trop léger et la voiture trop sale, le lavage ne sera pas optimal et la surface ne sera pas propre. Son pouvoir lubrifiant est aussi important : au meilleur il est, au plus sur sera le lavage. Et la mousse ? Elle est secondaire. Elle permet de capter les contaminants, de les isoler de la surface et de les évacuer sans risque en tombant ou au rinçage. Cependant les nouveaux shampoings sont étudiés pour former des micelles autour des contaminants et de les évacuer en sécurité via leur agents lubrifiant. Le pouvoir moussant devient donc secondaire dans ce cas. D'autres qualités peuvent être mise en avant comme la faculté de neutralisé le calcaire, les agents facilitant l'évacuation de l'eau (sheeting), ... Dans tous les cas, veillez à bien respecter la dilution du fabriquant pour avoir un pouvoir nettoyant et surtout lubrifiant idéal faute de quoi vous risquez de laver "à l'eau" ... ou de décaper votre cire de protection. Le lavage doit se faire par section : une porte, une aile. Pour les grandes surfaces, il faut les découper en plusieurs section : faire le toit en deux ou trois sections par exemple. Le gant doit être bien gorgé d'eau savonneuse de façon à glisser sur la carrosserie. C'est le shampoing qui travaille : inutile donc d'appuyer ou de frotter. Il faut faire des mouvements droits en suivant les lignes du véhicule. Surtout évitez de faire des mouvements circulaires. On lave la voiture de haut en bas en commençant par le toit. L'idéal est d'avoir deux gants et d'en réserver un pour les bas de caisse qui sont les parties les plus contaminées. Entre chaque section quand on rince le gant, on vérifie qu'il n'y a pas de contaminants dessus avant de le replonger dans le seau de shampoing. On peut également se servir du foam gun ou de la foam lance pour asperger la section avant de la laver au gant. Ceci permet d'avoir une bonne couche de shampoing et de bien faire glisser son gant quand il y a beaucoup de saletés. Une fois que la section est faite, il faut la rincer immédiatement au tuyau d'arrosage pour éviter que le shampoing ne sèche sur la carrosserie et ne fasse des traces ("streaking"). Une fois rincé, on passe à la section suivante. Si l'eau est calcaire, on utilisera de l'eau déminéralisé ou des filtres anti-calcaire pour rincer sans laisser de trace. Le sheeting (vitesse d'évacuation de l'eau) dépend de la protection présente. S'il y a de l'eau stagnante sur les parties horizontales, il est temps de penser a ré-appliquer une protection. Une fois l'eau évacuée, vous pouvez observer le beading de votre protection : il s'agit des gouttes d'eau (taille, nombre) présentent sur la carrosserie. Le séchage : Le séchage consiste à enlever l'eau qui reste du rinçage et avoir une finition parfaite sans engendrer de microrayures. Deux accessoires peuvent être utilisé : la raclette et la microfibre de séchage. La raclette permet d'évacuer un maximum d'eau en un minimum de temps. Il faut toutefois être sur de la qualité du lavage effectué avant et de la propreté de la lame afin d'éviter tout risque de micro-rayure. La raclette doit être en silicone souple afin d'être sans risque pour la carrosserie et d'épouser les formes du véhicule. Elle doit être rincée après chaque passage. Elle laissera un peu d'eau, ce qui oblige le passage d'une microfibre pour la finition. Les microfibres de séchage sont de deux types : soit à fibre classique mais hautement absorbante (pour être classé dans la catégorie séchage), soit de type waffle weave. Ces dernières ont une structure gaufrée (en nid d'abeille) de façon à offrir une surface maximale dans les coupelles pour capter les gouttes d'eau. Les microfibres de séchage sont généralement de grande taille. Les petites sont pratiques pour les endroits délicats : bas de caisse (pour ne pas trainer au sol), rétroviseur, ... Les microfibres doivent être propre. Comme pour un lavage, on suit les lignes de la carrosserie. Si la microfibre se sali, c'est que le lavage est à refaire. Il n'y a pas besoin d'exercer une pression : il suffit de faire glisser la microfibre pour qu'elle absorbe l'eau. Il existe deux techniques pour utiliser une microfibre. Soit on pose la microfibre (valable sur les surfaces horizontales) et on la tire par deux bouts pour la faire glisser. C'est la méthode la plus sure car il n'y a que le poids de la microfibre qui la fait appuyer. Sur les surfaces verticales, on la pliera en 2 ou 4 et on la fera glisser en prenant soin d'appuyer juste ce qu'il faut pour qu'elle reste en contact avec la carrosserie. Soit on pose la microfibre sur la surface à sécher et on appuie légèrement dessus avec les mains sans la faire glisser. L'appuie sert juste à ce qu'elle capte l'eau en dessous. On la soulève pour la déplacer et on recommence sur une autre zone. N'oubliez pas d'évacuer l'eau des moindre recoins (passage de porte, joints, miroir des rétroviseurs, ...). Pour cela vous pouvez vous aider d'un compresseur, d'un blow drayer ou d'une paille. Si vous avez des traces aprs le séchage à cause de l'eau calcaire par exemple, vous pouvez passer un Quick Detailer après et l'essuyer à l'aide d'une microfibre ou pour gagner du temps vous pouvez pulvériser le Quick Detailer avant de passer la microfibre de séchage. IDDN Certification
  5. Pierre

    Tout sur les cires

    Tout sur les cires Les cires sont utilisées dans le monde automobile pour leur rendu (brillance, profondeur, effet miroir, effet mouillé, chaleur, ...) et la protection qu’elles offrent vis-à-vis des agressions extérieures (fientes, insectes/exosquelettes, contaminations atmosphériques, goudron, saleté de la route, sel , pluie acide, oxydation, ...). 1. Généralités Le terme cire fait généralement référence à une substance organique solide qui peut devenir liquide à des températures élevées. La composition chimique des cires est complexe. Elles sont issues principalement du pétrole mais il existe également des cires naturelles : minérales (à base de lignite), végétales ou animales. Une cire automobile ne contient en général pas plus de 15 à 20% de cires naturelles. Qu’elles soient solides, pâteuse ou liquide n’a pas grand intérêt pour un chimiste. La différence se fait sur les couts de production, le marketing mais aussi sur la facilité d’application et d’essuyage, la protection ou le rendu. Les seuls ingrédients qui feront la différence sont : la qualité de la cire, son pourcentage de contenu et ses agents (solvant, silicone ou huiles). Les cires en pâte sont des formes plus épaisses (en consistance) de cires liquides. Elles n’ont pas forcément plus de solvants. Les solvants et huiles des cires agissent comme des lubrifiants et aident à l’adhérence en travaillant dans les aspérités de la surface traitée. Toutes les cires naturelles ont besoin d’un solvant pour être ramollie car dans leur état naturel elles peuvent être aussi solides que du béton. Les molécules des cires de carnauba ont des liaisons moléculaires fermées mais elles sont liées entre elles pour protéger la surface. Les cires polymères ont des liaisons ouvertes pour que les molécules forment des chaines. Elles ont une longévité meilleure que celle a base de carnauba. Une cire au carnauba va cependant offrir une meilleure protection contre les excréments d’oiseaux ou d’insectes qu’une cire aux polymères. Pourcentage de la teneur : la plupart des cires au carnauba annoncent des teneurs de 50% de carnauba. Il s’agit de la teneur en poids et non en volume. 30% de la teneur en volume représente 50% de la teneur en poids. C’est pourquoi on ne peut jamais connaitre la teneur exacte à moins que le fabriquant stipule clairement si c’est une teneur en poids ou en volume. Le reste est constitué de solvants, de polymères, de silicone, d’huiles, de cire d’abeille, de cire synthétique ou d’autres cires. La couche de cire sur le verni d’une voiture fait moins de 25 nanomètre (0,025 µm). 2. Les différentes cires 2.1 Les cires naturelles Cire d’abeille : elle existe depuis 2000 ans. La cire est secrétée par les abeilles pour construire les alvéoles des ruches. La composition de la cire varie en fonction du lieu géographique et du régime alimentaire des abeilles formant la ruche. Elle comprend typiquement des hydrocarbones, des esters d’alcool acide et des acides carboxyliques. La fabrication de cire automobile se fait en général en mélangeant une quantité égale de cire d’abeille et d'essence de térébenthine dans laquelle la cire va se dissoudre. Cire animale : comme la lanoline (issue de la laine de mouton) et l’ambre gris (produit dans les intestins des cachalots). Cire de carnauba : c'est la plus connue dans le domaine de l'entretient automobile. Elle est récupérée à partir d’une variété de palmier (Copernicia Prunifera, également appelé « Tree of Life ») qui pousse presque exclusivement au Brésil. Elle se forme sur la feuille des arbres et est récupéré par la coupe et le séchage des feuilles. Elle est caractérisée par sa dureté et son point de fusion élevé, qui sont les plus élevés des cires naturelles. Copernicia Prunifera et bloc de carnauba pure. Cire de candelilla : elle est récoltée dans des arbustes cultivés au Mexique et dans l’état du Texas. Cire d’Ouricury : cire obtenue à partir des feuilles d’un autre palmier Brésilien. Cire de Jojoba : extraite des graines de la plante de Jojoba qui pousse au Costa Rica, en Israël, au Mexique et aux Etats-Unis. Cire Montan : elle provient d’une extraction (par solvant) de la lignite. La plupart de ces cires naturelles se caractérisent par le degré de difficulté requis pour les récolter et les purifier, contrairement aux cires provenant de l’industrie pétrochimique (paraffine, microcristalline). 2.2 Les cires synthétiques Elles sont apparues il y a une cinquantaine d’années et sont basées sur une résine polymère, acrylique ou silicone. Elles ont des propriétés différentes d’un fabriquant à un autre. Elles se distingue par leur rendu, leur longévité, la protection qu'elle offre qui sont fonction des molécules utilisées. Elles sont appelées sealants (mastiques). Leur intérêt provient de leur facilité et de leur cout de fabrication comparés à ceux des cires naturelles. Sealants Zaino 3. Composants basiques d’une cire La composition d’une cire ou d’un sealant, bien que plus complexe que d’autres produits, reste basique pour un chimiste. Les facteurs pris en compte dans la formulation sont la facilité d’application et d’essuyage, la capacité à nettoyer ou remplir (si nécessaire), la profondeur, la brillance, la durabilité, la résistance (pluie, détergents, lavages), la tenue dans le temps, ... Souvent une caractéristique est mise en avant au détriment des autres. La meilleure cire (ou sealant) sera celle (celui) qui regroupe le plus de ces caractéristiques. Les principaux composants sont : Solvants ou huiles : utilisé pour nettoyer chimiquement, adhérer à la surface, travailler le produit et l’étaler. Emulsifiants : (huiles ou eau) pour stabiliser le produit et le rendre facile à utiliser. Fins abrasifs : pour offrir un nettoyage doux et aider la cire à sécher pour faciliter l’essuyage. Tensioactif : (surfactant) pour réduire la tension de surface des liquides. Silicone : pour modifier certaines caractéristiques (brillance, lubrification). Coloration : purement marketing. Parfum : pour aider à vendre le produit. Polymères : la plupart des cires contiennent des résines de polymères pour améliorer leur longévité. 4. Les sealants (polymères) 4.1 Polymère et polymérisation Un polymère est un composé chimique dont la structure est une répétition de la même unité structurelle, appelée monomère. Il s’agit d’une macromolécule qui est formée d’une répétition de ce monomère connectés entre eux par des liaisons chimiques covalentes. On pense tout de suite au plastique mais le terme désigne une large classe de matériaux naturels et synthétiques. La polymérisation consiste en la formation de chaines de monomères pour faire un polymère. La nature et l’arrangement relatif des monomères qui forment le polymère influence les propriétés du polymère. Il y a de nombreuses formulations de polymères (environ 30 000). Les sealants se distinguent entre eux par le type de polymères chimiquement créés et par l’émulsion utilisée dans le produit. La structure moléculaire de tous les polymères est basée sur une chaine d’atome de carbone. Chaine d'un polymère 4.2 Qu'est-ce qu'un sealant polymère ? Un sealant polymère est donc une cire non-organique créé à partir de polymères pour sceller la peinture grâce à une fine barrière. Ils ont une très bonne durabilité, offrent un brillant lumineux mais argenté et plat. Ce sont de bon compromis comme cire du fait de leur longévité, mais ils leur manquent les propriétés des cires de carnauba (chaleur et profondeur). Ceci est inhérent à leur structure moléculaire covalente : ils ne peuvent mimer les propriétés d’une cire au carnauba. S’ils sont mal conçus, les sealants polymères peuvent se fissurer, jaunir ou fausser l’optique de la surface peinte. La plupart des sealants polymères de qualités contiennent des amines ainsi qu’un mélange de résine et un faible pourcentage de cire. Ils se distinguent entre eux par le type de polymères chimiquement créés et les composants utilisés dans l’émulsion suspendant les polymères. Les polymères utilisés dans les sealants ont besoin d’une surface peinte pour former un lien moléculaire. Ils se fixent mal sur une surface métallique. Un verni a une surface poreuse, ce qui leur permet de s’attacher très bien et d’offrir la protection attendue. Les sealants ont pris leur essor avec l’industrie chimique dans les années 30. Les sealants polymère les plus communs inclus des silicones, des acryliques, des uréthanes, des butyles et d’autres types de polymères. 4.3 Les différents types de sealants polymères Sealant polymère : ce sont des molécules à liaisons ouvertes qui se joignent entre elles pour former un maillage de forme allongé qui a pour effet de refléter la lumière à cause de sa surface plate. Comme ils sont très transparents, ils transmettent fidèlement la couleur de la surface mais ils ont très peu de profondeur, résultant de ce qui est perçu comme une lueur plate et très brillante(comme celle de l'argenterie). La longévité est due au type de polymère utilisé (souvent du polymère amino-fonctionnel) dans leurs formulations. Sealent acrylique polymère : Ils sont plus communément appelés sealant acrylique. Les polyacrylates sont un groupe de polymère, qui peuvent généralement être considérés comme des plastiques, réputés pour leur transparence. Les monomères acrylates composants les polymères peuvent être des acides acryliques, de l’acrylate de butyle, des di-ethylhexyl acrylate ou de l’acrylate de méthyle. Ces produits contiennent de l’acide polyéthylène-acrylique, qui provoque des gravures dans la peinture, et qui permet une liaison modifié avec la surface peinte. Ceci permet d’augmenter la durabilité par rapport a un produit à base de polyéthylène. Zaino et Duragloss sont des exemples de polymères qui produisent un éclat clair et brillant. Klasse ou Werkstatt sont des sealants acryliques qui essaient de produire une lueur liquide. Sealant Zaino et sealant Klasse Nanotechnologie : elle s’applique habituellement aux polymères qui ont un lien monoculaire étroit avec la surface ondulée de la plupart des substrats car ces derniers présentent tous des micro-fissures. Ces micro-fissures permettent à la nanotechnologie de former un lien très sécurisés avec la surface, favorisant la durabilité. Cross-linking : il requiert une surface poreuse pour se lier. Les polymères adhèrent d’abord par la tension de surface puis après que le solvant ou l’huile se soit vaporisé, les polymères se lient entre eux (polymères réticulés) pour former une liaison moléculaire covalente à la surface. Le cross-linking chimique tend à augmenter la force et la ténacité (aux solvants, ou autres produits chimiques) et consiste à la formation de liaisons entre les chaines (semblable a un maillage). Cross-linking entre des chaines de polymères 4.4 Application Les polymères ont besoin normalement de 24 heures avant d’appliquer à nouveau du produit si la température ambiante est en dessous de 21°C et 6 heures si elle est au dessus de 21°C. Tous les sealants polymères demandent un temps de pose avant que vous puissiez passez une nouvelle couche en obtenant de bons résultats. Le temps que met un polymère pour former ses liaisons monoculaires et/ou le temps d’attente pour appliquer une couche supplémentaire dépend de nombreux facteurs dont le type et la quantité de solvant utilisé, le type de polymère et des autres composants présents dans l’émulsion où sont suspendu les polymères. Si la polymérisation n’est pas terminée, la durabilité sera médiocre. Après polymérisation, les molécules sont stables et inertes. La présence d’eau ou de graisse empêche la polymérisation et va compromettre la force, la durabilité, le cross-linking et l’adhérence du polymère. Il faut s’assurer que la surface du véhicule ne sera pas exposée à la pluie, l’eau (cela inclut les Quick Detailer) pendant 12 à 24 heures. Pour s’assurer d’une surface optimale (propre, sans huile et que la sous-surface ne contient ni graisse, ni résidus) pour l’accroche des sealants, il faut utiliser un polish sans huiles ou passer de l’alcool isopropylique (également appelé isopropanol ou IPA) ou un cleaner chimique (Zaino AIO, Klasse All-In-One, ...) après le polissage ou le passage de la clay. Les sealants polymères résistent à la chaleur, aux détergents et protègent (ou peuvent protéger) des pluies acides, de la pollution présente dans l’air, des excréments d’oiseaux, des UV. Les polymères sont hydrophobiques : les perles d’eau (beading) sont dues à la haute tension de surface (tensio-actif), l’écoulement (sheeting) est du a la structure moléculaire covalente. Plusieurs couches de sealant vont amener un look plus profond, plus mouillé (jetting), plus brillant. Une cire au carnauba va se fixer sur un polymère mais un polymère au dessus d’une carnauba ne pourra pas faire ses liaisons (à l’exception du Zaino Clear Seal : Z-CS). 5. Les cires au carnauba 5.1 Qu'est-ce que la carnauba ? La carnauba est une cire végétale grasse, obtenue à partir de feuilles d’un palmier (Copernicia prunifera) poussant au nord et nord-est du brésil, le long des berges, des vallées et lagunes où le sol est noir et fertile. Cette cire recouvre les feuilles et est hydrophobe ; elle forme une barrière qui est une protection naturelle des feuilles contre les pluies acides, les polluants atmosphériques et les fientes d’oiseaux acides. Elle a une affinité avec l’eau, la capacité de retenir l’huile et a des propriétés de brillance excellente. La carnauba est la cire naturelle la plus dure, la plus solide et la plus transparente au monde. Elle contient principalement des esters d’acide gras (80-85%), des alcools gras (10-15%), des acides (3-6%) et des hydrocarbones (1-3%). Sa couleur est déterminée par l’âge des feuilles quand elles sont récoltées. Elle va du jaune pale aussi appelée à tord carnauba blanche (pour des nouvelles feuilles non ouvertes) jusqu’au brun verdâtre appelée carnauba jaune (pour des vieilles feuilles exposées au soleil et aux intempéries). Il y a plusieurs qualités de carnauba : jaune, grade one, … La jaune pale (aussi appelée ivoire, blanche ou beige) a la plus grande clarté (elle est très transparente) et représente la plus haute qualité de carnauba disponible. Elle est très prisée pour les concours d’Elégance. La carnauba blanche n’existe pas naturellement. Il s’agit d’un terme marketing pour désigner la pureté (plutôt que beige ou ivoire). Une carnauba blanchie artificiellement a sa composition qui est forcément altérée et donc de moindre qualité. En plus de la couleur, la qualité se distingue aussi selon la région d’origine : Parnahyba, Piaui, Ceara et Bahai. Carnauba beige 5.2 Application La carnauba dans son état naturel ne peut être utilisé comme cire automobile car elle est vendue en bloc solide. C’est pourquoi on utilise des huiles, des solvants, de la cire d’abeille ou des polymères dans les cires pour qu’elles soient utilisables, performantes et durables. La carnauba appliquée sur une surface ne vas pas adhérer d’elle-même, ni former des liaisons moléculaires (à la façon des polymères). Les solvants et les huiles miscible sont ajoutés pour qu’elle puisse se répandre uniformément sur la surface. Les cires naturelles adhèrent initialement par la tension de surface. Le processus d’adhérence se fait ensuite, grâce aux éléments ajoutés (solvants et/ou huiles), dans les pores et le relief microscopiques de la surface créant ainsi un ancrage mécanique. La carnauba est intrinsèquement hydroscopique quand elle est exposée a l’eau : la cire gonfle et ferme ses pores, qui ajouté a la tension de surface provoque le perlage de l’eau (beading) et l’écoulement (sheeting). L’application d’une cire peut demander deux étapes car associée à deux produits : une huile nettoyante (appelée cleaner ou pre-wax) et la cire. Le cleaner redonne les huiles perdues à la peinture, enlève la contamination de surface et prépare la surface pour que la cire puisse y adhérer de façon optimale en ouvrant les pores. Les cires peuvent être considérées comme semi-solides jusqu’à ce que les agents (solvants ou huiles) s’évaporent. Ces molécules de cire forment une maille similaire à une boite à œuf sur les molécules de peintures (qui sont plus petites), ce qui leur donne une profondeur optique. A cause de cette forme particulière, la lumière reflétée est un peu déformée et produit le « jetting » aussi appelée effet mouillé (wet look). Ces propriétés de la carnauba créent un brillant riche avec une très grande profondeur et l’illusion d’une surface mouillée. Plus la qualité et le volume de carnauba sont importants dans la cire, plus cet effet sera prononcé. Cire Swissvax Application à la main : Zymöl et Swissvax ne conseille pas l’utilisation d’un applicateur avec leur cire premium afin d’obtenir le meilleur rendu. Ils utilisent des huiles naturelles à la place des solvants. En mettant la cire avec un applicateur, celui-ci absorberai une partie de ces huiles et cela serait préjudiciable sur l’effet esthétique. La principale raison de l’utilisation d’un applicateur est d’éviter d’attendre trois heures pour essuyer la surface une seconde fois afin d’enlever l’excès d’huiles. L’application à la main est une étape importante utile pour ramollir la cire et pour l’étaler parcimonieusement. Certaines cires premium ont dans leur état latent des enzymes (c’est le cas des cires Zymöls avec la propolis) qui par le transfert de chaleur provenant des mains vont agir comme un catalyseur pour transformer le produit en cire prête a l’application. Il faut de la patience, car cela demande beaucoup de temps, mais le résultat en vaut la peine. Utilisez des gants en latex : ils sont efficaces car le latex ne raye pas et va prévenir la cire de souiller vos mains. Ils empêchent également de marquer le verni avec des paumes rugueuses ou avec les ongles. Il faut mettre une petite quantité dans la paume de la main et la chauffer pour la faire fondre et activer la cire de carnauba. Avec les mains, appliquer doucement la cire dans un mouvement léger et d’une seule direction sur une surface de 20 à 25 cm² en suivant les lignes de la voiture. Essuyer après quelques minutes puis attendre trois à quatre heures (au soleil) pour que les huiles soient parties et essuyer doucement une nouvelle fois pour parfaire le brillant. L’application d’une cire Swissvax se fait sur toute la voiture avant de passer à l’essuyage alors que l’application et l’essuyage d’une cire Zymöl se fait panneau par panneau avec un essuyage immédiat (à cause des enzymes). Application à la main 6. Historique Swissvax & Zymöl Les formules originales des cires de la famille Anwander (propriétaire des marques Swizol, Swissol et Swissvax) ne sont pas basées sur des enzymes et étaient considérées comme supérieures à celles basées sur des enzymes car elles avaient été développées pour l’usage privé de Hans Anwander grand-père et fondateur de la société. Ces formules étaient connues comme « Antikwachs », étaient destinées aux antiquités précieuses et aux laques de la famille Anwander et étaient fabriquées à Zurich. Les cires Swissvax sont aujourd’hui des versions modifiées de ces formules (« Antikwachs »). Swissvax est de fait le créateur original des cires haut de gamme. Dans les années 70, un membre de la famille Anwander est parti aux USA pour vendre des formules de cires appartenant à la famille. Mais quand elle a vu que le marché Américain n’était intéressé que par la production de masse (qui allait a l’encontre des traditions de la famille de produits faits à la main dans un environnement parfaitement contrôlé), il a été décidé qu’une formule modifiée serait vendue pour être produite au USA mais pas par la famille Anwander. Ces formules étaient basées sur des enzymes et ont été distribuée à l’origine par Turtle Wax avant que Zymöl (société et marque, le nom étant issu de « EnZyme Emolient ») ne soit fondée en 1980. La formule de Zymöl est dérivée de celle d’un fabriquant de charriot de Bischofsheim en Allemagne à la fin du XIXe siècle qui avait développé une cire a base de graisse animale pour protéger la peinture noir laquée des charriots. Les cires Zymöl sont des mixtures d’enzymes (propolis) jusqu'à ce qu’elles soient appliquées sur la voiture. L’air sert de catalyseur à l’accroche de la cire. Anwander & Co. AG fut un distributeur des produits Zymöl en Europe entre 1992 et 1999. Zymöl a affirmé que Anwander a enregistré la marque Zymöl et le design de ses pots en Suisse alors qu’il travaillait comme distributeur. Plus tard, Anwander & Co. AG a enregistré la marque Swizöl en Suisse, qui selon Zymöl a été choisi pour tromper le public. Vers 2001, Zymöl a découvert que Anwander & Co. AG avait créé de nombreux nouveaux produits de soins automobile étiquetés Zymöl sans l'autorisation de Zymöl. En 2002, Anwander & Co. AG a accepté d’abandonner l’enregistrement et l'utilisation du nom Zymöl et du design du pot en Suisse. Par la suite, Anwander & Co. AG a adopté le nom Swissol pour ses produits de soins automobile, toujours pour prêter a confusion selon Zymöl. Un pot de Swizöl Concorso (avant 2002) et un pot de Zymöl Glasur Le 30 aout 2004, Zymöl a poursuivi Anwander & Co. AG et son distributeur aux Etats Unis John « Jack » Camarda pour violation de marque, de copyright et de concurrence déloyale en faisant de la publicité, important et vendant des produits de soins automobile identifiées sous les noms « Swissol » et « Concorso », portant a confusion avec les noms « Zymöl » et « Concours » utilisés par Zymöl depuis 20 ans. Le procès a montré que Anwander & Co. AG a copié intentionnellement l'habillage commercial de Zymöl : la Concorso ayant la même couleur, le même parfum et le même packaging que la Concours (sac avec un cordon, certificat d'authenticité, et même le texte du certificat). Un pot de Swizöl Concorso avec le sac et le certificat et un pot de Zymöl Concours avec son sac En 2005, Zymöl et Anwander & Co. AG ont arrêté les poursuites. Comme règlement, Anwander & Co. AG peut continuer à utiliser la marque Swizöl en Autriche, Allemagne, Lichtenstein et Suisse (leur territoire) et les produits avec la marque Swizöl peuvent être promu dans ces pays en français, allemand et italien. Le nom de la société Swizöl était utilisé depuis 1929 et a pu être conservé. En dehors de ces quatre pays précédents, Anwander & Co. AG utilisait le nom Swissol jusqu’au litige avec Zymöl résolut le 9 novembre 2005. Depuis la résolution du litige, en dehors de ces quatre pays, Anwander & Co. AG a cessé d’utiliser le nom Swizöl et a choisi le nom Swissvax. Anwander & Co. AG ne pouvait plus utiliser le nom Swissol mais avait 18 mois à partir de la date de l’accord pour l’abandonner. Anwander & Co. AG a du changer son packaging pour éviter de copier les pots Zymöl et ont du changer certaines couleurs et parfums. Il n’y a pas eu d’indemnité de versées a Zymöl. Aucun changement n’a été demandé à la cire Concorso. Un pot de Swissol Onyx (avant 2005) et un pot de Zymöl Carbon IDDN Certification
  6. Pierre

    Tout sur le cuir

    Tout sur le cuir Fabrication du cuir : Le cuir est issu de la transformation de la peau de l’animal. Plus il est jeune, plus le cuir est de qualité car la peau a subi moins de dommages (griffures, rides, parasites, …). La peau est un produit naturel sur lequel s'inscrit toute la vie de l'animal. Vouloir une peau de taureau sans défaut est aussi utopique qu'exiger d'un homme mûr qu'il ait une peau de bébé... Le cuir va avoir des aspects et des propriétés différentes en fonction du traitement qu’il va subir. Voila un schéma de la coupe de la peau. On y distingue la fleur (en orange) et la croûte (en rouge) qui forment le derme situé entre l'épiderme et l'hypoderme (tissus sous cutanés) : Une fois la peau débarrassée des tissus sous cutanés (hypoderme) et de l’épiderme, elle va être tannée afin de devenir imputrescible. Le tannage s’effectue par des agents tannants (tanins) qui peuvent être des sels de chrome (tannage minéral, les plus utilisés) ou des tanins végétaux (tannage végétal). Le tannage minéral permet d'obtenir des cuirs plus ou moins souples selon les usages. Après le tannage, c’est l’étape du corroyage-finissage qui transforme le cuir en cuir fini. La mise à l'épaisseur est obtenue par le "refendage" : le dessus (fleur) est séparé du dessous (croûte). Ces deux parties peuvent être affinées au niveau de leur épaisseur. La couleur, le toucher et la souplesse sont apportées par le "retannage", la "teinture" et la "nourriture". Le "ponçage" donne des cuirs velours ou nubuck ou fleur corrigée. La teinture et la finition sont deux opérations de coloration complémentaires : La teinture réalisée généralement par bain a pour but de colorer le cuir plus ou moins en profondeur. La finition réalisée sur la surface a pour but de protéger et d'améliorer l'esthétique du cuir (brillance par exemple). On appelle finition du cuir les opérations consistant à recouvrir la surface du cuir d'une pellicule protectrice (sorte d'enduit) dont l'épaisseur dépendra de la qualité du cuir : finition aniline de faible épaisseur ou finition pigmentée plus épaisse. La finition donne des propriétés esthétiques (brillance, toucher, couleur, relief) et des propriétés protectrices contre les taches, la lumière, les frottements d'usage. Il existe trois types de finissage : aniline, semi-aniline et pigmenté. Le finissage aniline met en valeur l'aspect de surface naturel du cuir en le recouvrant d'un produit transparent. La surface d'origine aux grains naturels et aux pores apparents est conservée. La coloration en profondeur à l'aniline est réalisée avec des matières colorantes. Seuls les cuirs sans défaut subissent un tel traitement. Peu protégés, ces cuirs, qui se patinent bien en vieillissant, restent fragiles. Cette finition offre donc un très bel aspect, mais l’utilisation et l’entretien sont délicats. Le finissage semi-aniline recouvre la surface du cuir de couches de pigments légèrement opaques, eux-mêmes recouverts d'un film transparent. Le finissage pigmenté recouvre la surface du cuir de couches de pigments opaques qui donnent la couleur et un aspect uniforme Le cuir a reçu en surface, en plus d'une teinture dans la masse, un apprêt coloré qui unifie l'aspect, masque les défauts légers et protège. Réservé aux beaux cuirs, ce traitement leur assure un bon comportement. Agréable à l'œil et au toucher, résistant et solide, peu fragile, c'est le compromis idéal entre solidité à l'usage et esthétisme. Cette finition offre une bonne protection, est peu sensible à l'eau et aux taches, et l’entretien est plus aisé. Le terme "pure aniline" signifie que la surface du cuir (la fleur) a reçu un vernis de finition très léger, (voire inexistant) conférant au cuir un aspect esthétique et un confort inégalables mais en contre partie une absence ou au mieux une très faible protection de surface. En d'autres termes, le cuir est très beau mais malheureusement très délicat à utiliser !!! Seules d'extrêmes précautions lors de l'usage permettent d'éviter une perte esthétique rapide et irréversible. L'entretien est tout aussi délicat que l'usage. Un cuir pigmenté est donc protégé en surface. Attention cependant à l'utilisation : le cuir, quelque soit sa nature, craint beaucoup plus la transpiration que l'humidité ambiante des climats tropicaux par exemple, qui peut à terme attaquer la finition ("dépigmentation"). Il faut donc éviter un contact direct avec la peau et ne pas oublier de procéder à un nettoyage régulier des surfaces d'usage. Les différents types de cuir : La croûte de cuir : provient de la refente des cuirs épais en deux "feuilles", l'une contenant la fleur appelée "cuir" et l'autre constituée de la chair du cuir qu'on appellera "croûte". On distingue la croûte "Velours" d'aspect externe fibreux et la croûte "pigmentée" ou "enduite" dont la surface a été recouverte par un enduit épais lui donnant l'apparence d'un cuir lisse ou grainé, par impression en relief, d'un grain artificiel. Remarque : l'utilisation de la croûte doit être mentionnée car elle n'a pas droit à l'appellation "cuir". Cuir pleine fleur : la "fleur" est la structure du derme ou est implanté le poil. C'est la partie la plus dense de la peau. Le terme "pleine fleur" signifie que le cuir a conservé toute l'épaisseur de sa fleur. Cuir fleur corrigée: le terme "fleur corrigée" signifie que la fleur a été poncée, généralement pour régulariser son aspect en supprimant les défauts superficiels, rides, écorchures, ... Puis on applique une protection filmogène pigmentée, lisse ou grainée par impression. On parle aussi de fleur rectifiée ou effleurée. Les cuirs utilisés ne sont pas de qualité supérieure et l'aspect obtenu manque de naturel. Ils offrent néanmoins souvent une bonne résistance à l'usage intensif. Le cuir "pleine fleur" a conservé un aspect plus naturel que le cuir "fleur corrigée" où on a bien souvent l'impression d'un relief artificiel (grainage). Cuir Nubuck : cuir dont la fleur a été finement poncée pour obtenir un aspect velouteux, laissant apparents le grain et les pores de la peau. Pour obtenir un beau Nubuck, on utilise généralement une bonne peau. C'est donc une matière très agréable, douce au toucher et aux teintes veloutées. Le Nubuck reste néanmoins fragile et délicat à entretenir. Un traitement imperméabilisant s'impose. Cuir suédé" ou "Cuir Velours" ou Daim : cuir d'aspect velouté, obtenu par ponçage du côté chair (l'envers du cuir). La fleur se retrouve donc à l'intérieur du vêtement, de la chaussure... Attention à ne pas confondre avec la croute velours ! Un cuir gras ou cuir huileux : cuir ayant été fortement nourri (généralement en foulon) et contenant une quantité d'huile supérieure à 15% en poids. Ce sont en conséquence des cuirs lourds. Ils sont souvent plus épais que d'autres types de cuir. La couleur varie selon la provenance animale ainsi que par le type d'huile utilisé et dans certains cas, de la teinture ajoutée à l'huile. Habituellement on le retrouve dans une palette entre le brun pâle et le brun foncé mais il peut aussi contenir différents degrés de rouge. Au toucher, on peut sentir un aspect très légèrement huileux ou gras sans toutefois laisser les doigts gras ou huileux... Il n'a pas du tout l'aspect habituel d'un cuir ayant reçu une forme quelconque de vernis, ni le même fini brillant. Il n'est pas complètement mat, mais n'est pas vraiment lustré... Ce cuir offre une durabilité et un rendement exceptionnels. Il est particulièrement imperméable et facile d'entretien. Par exemple, si le cuir est légèrement égratigné, il suffira très souvent de frotter avec son doigt (mouillé) pour en ramener la couleur ! A la tannerie, il a été teint et traité avec des huiles naturelles et/ou synthétiques. Il contient donc beaucoup d'huile, d'où ses qualités imperméables. Entretient du cuir : Seuls les cuirs gras doivent être entretenus avec de la graisse. Tous les autres cuirs lisses sans exception doivent être entretenus avec un cirage ou un lait. Il ne faut surtout pas utiliser de lait de toilette ou de démaquillant. Cuir gras : Ici, seulement deux éléments à considérer, le nettoyage et l'hydratation. Le nettoyage pourra se faire en passant un chiffon humide. On enlève la boue et la poussière après chaque usage sinon on contribue à dessécher le cuir plus rapidement. L'hydratation se fait idéalement avec un produit à base de Lanoline (d'ailleurs souvent employé à la tannerie) qui pénètre le cuir facilement et profondément, hydratant ainsi non seulement la surface du cuir, mais toute son épaisseur. On peut aussi utiliser les huiles de phoque, de castor, de vison, etc. mais ces huiles ne pénètrent pas bien le cuir. De plus, ces huiles laissent plus souvent qu'autrement votre cuir avec la surface “encrassée” d'huile mais l'intérieur desséché. La surface encrassée d'huile attire et fait coller la poussière. Le cuir devient alors taché de “spots” noirs, les pores de peau se bouchent et ainsi le cuir ne respire plus et craque. Certains cuirs ne pardonnent pas la négligence d'entretien. Le cuir huileux, lui, peut vous pardonner une négligence passagère ou un oubli... Et c'est sûrement une des raisons qui en fait le cuir par excellence pour des usages extrêmes. On retrouve les cuirs gras sur certaines chaussures extrêmes (bateau, chaussure de montagne), en équitation, … Mais pas dans nos voitures ou l’on a un cuir lisse, pigmenté ou aniline. Il faut par conséquent oublier tous les produits d’entretient destiné a l’équitation et que certains utilisent par erreur ou ignorance sur leur cuir de voiture. Les cuirs utilisés pour les sièges de voiture sont habituellement traités et sont plus faciles d'entretien que le tissu. Il faudra toutefois veiller à les nettoyer régulièrement, surtout s'ils sont de couleur pâle, car la saleté et le gras du corps peuvent s'imprégner et éventuellement les tacher de façon définitive. Nettoyer : Nettoyer le cuir des sièges de voiture avec un nettoyant spécifique (« cleaner ») tous les trimestres à tous les mois (ou plus si nécessaire, en fonction de l’utilisation de votre voiture) afin de prévenir l'accumulation de sébum, surtout sur les accoudoirs et les appuis-tête. Il est particulièrement important de faire cette opération sur les cuirs de couleur pâle parce que toute accumulation pourrait altérer la couleur de façon permanente. Il existe des nettoyants plus ou moins forts, a utiliser en fonction de la saleté présente. Pour les appliquer, utilisez un tampon applicateur ou une brosse si la saleté est incrustée dans le cuir (comme ci dessous) : Protéger : Les cuirs neufs peuvent présenter un problème d'usure et parfois de décoloration par un vêtement. C'est en particulier sur le siège du conducteur (sur les rebords des sièges sports et sur les selleries de support lombaire) qu'apparaissent très souvent, au cours des trois premières années, des marques typiques d'usure. Dans le cas de cuirs clairs, c'est le problème de décoloration par un vêtement qui est le plus rencontré. Un traitement protecteur remédie efficacement à ce problème. L’idéal est d’entretenir le siège conducteur tous les 3 mois et les autres éléments en cuir tous les 5 à 12 mois. Hydrater et assouplir : Utilisez un lait (« milk » ou « conditioner ») pour hydrater et assouplir vos sièges de voiture. Le cuir des sièges s'assèche à cause de l'usure régulière et du soleil. L'utilisation d’un « conditioner » prévient le craquelage et la décoloration et permet de regraisser le cuir. Le mode d'emploi est simple mais important à suivre : toujours faire un test sur une petite surface cachée. Utilisez très peu de produit ! Vous n'essayez pas de couvrir votre cuir, vous voulez le nourrir ! Ce n'est pas une question de "le plus on en met, le mieux c'est..." La règle à suivre est plutôt de ne pas voir de produit sur le cuir. Attention aussi de ne pas remplir les coutures de produit. Pensez donc à hydrater vos cuirs tous les 3 à 6 mois avec un produit adapté. Le cuir reste souple et doux et les antioxydants ralentissent la dégradation du cuir. L'utilisation régulière accroît nettement la longévité. Les défauts du cuir : L'éclatement de la fleur : c'est le craquèlement de la fleur obtenu lors d'une traction trop importante sur le cuir : On le corrige grâce a du cuir liquide pour boucher les fissures suivi d'une teinture : La frisure : consiste en l'apparition de petits plis se formant lorsqu'on plisse le cuir. Une frisure excessive sera appelée un "creux". Enfoncement : ce sont des déformations qui naissent suite à un mauvais stockage, ou d’objets mal déposés sur le cuir Il est possible de faire revenir ces enfoncements creusés en les chauffants avec un sèche-cheveux. Si l’on y parvient, il est important d’apposer sur ces endroits un métal froid, ou un dispositif de refroidissement plat pour laisser refroidir. On peut aussi après réchauffement de ceux-ci, les rouler avec les doigts dans le sens inverse pour revenir à la forme initiale. Plus ces déformations sont restées longtemps, plus difficile il est de les ressortir. Les fibres sont à ce moment là déjà touchées. On ne peut pas résoudre le problème, avec un produit. Si rien ne marche avec ces conseils, il faut alors essayer de les faire revenir (si possible) depuis le côté verso. Ne vous attendez pas une disparition complète des enfoncements, mais uniquement une amélioration. Plis : ils naissent, avec le temps, dans l’assise du siège conducteur. Les plis, dus à l’utilisation, ne peuvent malheureusement pas être éliminés. Comme décrit plus haut, si l'on parvient au succès à court terme, les plis apparaîtront à nouveau après une certaine durée d'utilisation. Dans une certaine mesure, le cuir acquiert ainsi une patine, des rides et des plis plein de caractères qui font parties intégrantes de celui-ci. Seul des plis importants et unilatéraux n’embellissent pas les vieux cuirs. Par la charge, le cuir plie toujours aux mêmes endroits et le capitonnage cède aussi avec le temps. Ni avec un produit, ni avec une simple combine, vous n’arriverez à enlever ces plis. Les fibres dans le cuir, dû à un pliage fréquent, sont à ces endroits dirigés ver l’extérieur et écrasés à l’intérieur, et ne peuvent revenir à leur origine. Comme par exemple un papier froissé, qui lors du repassage ne redeviendra plus jamais complètement lisse. On pourra toujours distinguer les traces de pliage. Rétractation : A l’époque, les peaux tannées végétalement pour les voitures dessèchaient et se rétractaient déjà lors d’une température avoisinant les 70°C. De nos jours, les peaux tannées au chrome résistent jusqu’à 90 - 100°C. Moins le cuir est soigné et sans ajout de lubrifiant, moins la température de résistance à la rétractation sera importante. Attention donc au nettoyage vapeur ! Il peut arriver à long terme des usures, flétrissures, ou que le cuir devienne sec ou dur ou perde de sa couleur : Le cuir peut aussi être endommagé : des taches, des éraflures, des dégâts d'eau, brûlures de cigarettes ou des déchirures sont des dommages possibles. Tous ces défauts se corrigent pour peu que l’on dispose des bons produits. La brillance du cuir : La plupart des nouveaux cuirs, mais aussi de nombreux anciens cuirs sont mats à l’origine. En frottant la surface avec nos habits et en utilisant les produits d’entretien, la surface du cuir devient brillante avec le temps. On le remarque particulièrement bien en comparant le siège du conducteur avec celui de la banquette arrière. Beaucoup d’entre nous aimeraient garder le cuir toujours aussi mat que lorsque la voiture leur a été remise en main propre par le concessionnaire. Malheureusement, ce n’est pas réalisable. Rendre le cuir un peu plus mat est faisable, mais le modifier complètement est impossible. Un cuir mat vu dans la coupe transversale avec un microscope ressemble à un paysage des Alpes. La réflexion de cette surface rugueuse produit cet aspect mat. A chaque fois que vous vous asseyez dessus et pour chaque mouvement que vous faites dans le véhicule, vous mettez à plat ces pointes et les polissez. A chaque contact de la peau, vous appliquez de la matière grasse des mains (comme les traces de doigts sur les lunettes), et vous remplissez les vallées. De cette manière, vous lissez la surface et en modifiez la réflexion. Cuir très mat avec sa coupe transversale Cuir légèrement brillant avec sa coupe transversale Certes il existe des produits qui rendent le cuir plus mat, mais aucun produit ne peut réduire l’utilisation renouvelée de ceux-ci. Le cuir sera toujours plus doux que la contre-pression et la graisse des mains sur le volant ne pourra être empêchée, même avec des gants. Les gants poliraient la surface à la place. Il ne faut donc pas que le « degré mat » devienne une manie. Cela fait partie du cuir qu’avec le temps, il devienne plus brillant et si cela devient vraiment dérangeant, alors il suffit de le nettoyer à nouveau puis de le soigner. Des intervalles de 3 mois sont alors largement suffisants. J'espère que ces quelques explications vous en ont appris un peu plus sur le cuir et les traitements associés a l'usage automobile. IDDN Certification
  7. Pierre

    Tout sur la préparation

    Tout sur la préparation La préparation de la surface est une étape à ne pas négliger en Detailing. Elle s'intercale entre le polissage et la pose de la cire dans le cas d'une rénovation ou entre la décontamination et la pose de la cire pour un Valeting (simple préparation sans correction des défauts). Pour plus d'informations sur les étapes et leur ordre, je vous invite à relire le sujet sur Les étapes à suivre en Detailing. Quand ? Dans l'idéal, la préparation doit se faire à chaque fois avant la pose d'une protection (cire), ce qui peut amener à une fréquence allant de deux mois (pour les cires ne tenant pas très longtemps) à un an ou deux pour les cires ayant une forte longévité. La tenue de la cire dans le temps dépendra non seulement de la cire en elle même mais aussi de sa mise à l'épreuve : lieu de stockage du véhicule, fréquence de son utilisation,... Ainsi un daily dormant dehors verra sa protection tenir moins longtemps que la même appliquée sur une voiture plaisir dormant dans un garage chauffé et ne sortant que le week-end par beau temps. Outre ces considérations temporelles liées à la protection, la préparation de la surface peut se réaliser également quand celle-ci en a besoin (pour nourrir le vernis par exemple) ou que l'on juge nécessaire un de ses rôles (fonction de cleaner ou de remplisseur). Ses rôles : Cette étape de préparation peut avoir différents noms : lustrage, nutrition, nettoyage, pre-wax, ... Quelque soit le terme employé, la finalité reste la même : préparer la surface à recevoir la protection (cire), qu'elle soit synthétique (sealant, qui vient sceller la surface) ou naturelle (généralement avec une cire à base de carnauba) afin d'en facilté l'accroche et donc par conséquent la longévité (tenue dans le temps). Cette préparation de la surface peut avoir/remplir plusieurs rôles en fonction des produits utilisés. Nettoyer la surface Masquer les défauts Nourrir le vernis/la peinture Favoriser l'accroche d'une cire Apporter une protection Embellir le rendu Nettoyer : On utilise pour ce faire un cleaner. Il permet de faire une légère décontamination de la surface mais son action est moins efficace qu'une clay. Il va retirer l'ancienne couche de cire, le voile routier (les points de goudrons, les cadavres d'insectes, ...), les traces d'eau (calcaire). Il viendra à bout d'une légère oxydation ou de fins défauts s'il contient des abrasifs qui facilitent l'action nettoyante/désincrustante. Dans le cas de présence d'abrasif, l'action nettoyante est mécanique (cleaner abrasif). Dans le cas contraire (sans abrasif), l'action nettoyante est chimique (cleaner chimique). Masquer : L'utilisation de produits contenant des remplisseurs (filler) dans la préparation de la surface permet de masquer les légers défauts présents et d'éviter ainsi une phase de polissage . Cela permet donc préserver le capital vernis du véhicule. Ces produits sont souvent appelés AIO pour All In One car ils ont plusieurs actions combinées et ne font pas que masquer les défauts. Ils ont souvent une action nettoyante et/ou de nutrition en plus de celle de dissimuler les micro-rayures. Nourrir : Le vernis ou la peinture s'assèche sous l'effet des UV ou des dégraissants utilisés pour le lavage (liquide vaisselle, station de lavage, ...) et s'appauvri peu à peu en huile. Si ce n'est pas visible sur une voiture/peinture récente, cela commence à se voir au bout de quelques années. Cet assèchement se remarque par la présence d'un voile terne, d'une peinture rêche, un vernis qui craquèle, ... Pour remédier à ce phénomène "naturel" d'asséchement, il suffit de nourrir la surface afin de lui restituer les huiles perdues tout comme on entretient un cuir par exemple. Les produits utilisés pour nourrir la surface sont couramment regroupés sous la dénomination de glaze. A l'origine, ils ont été développés pour les peintures à brillant direct (non vernie), comme les peintures nitrocellulosique qui étaient fort poreuses et s'asséchaient rapidement. Ils étaient donc fort huileux afin de saturer cette surface très poreuse qui buvait énormément. Avec l'apparition des vernis dont le but principal est de protéger la couche de peinture des UV, les glaze ont peu à peu évolué et donné naissance aux AIO ayant un pouvoir nutritionnel moindre mais combinant d'autres fonctions comme vu auparavant et ci-dessous. D'une manière générale, presque tous les produits de préparation de surface auront une action nutritive, qui sera soit forte dans le cas d'un glaze pur ou faible dans le cas d'un cleaner ou d'un AIO. Favoriser l'accroche : Si une surface exempte de contamination après le passage de la clay ou un polissage permet une meilleure tenue de la protection, les fabriquants de cire ont peu à peu développé des produits de préparation de la surface, qui associés à leur cire en augmente la tenue. Ce fut le cas avec les cires de Carnauba premium et des produits de préparation associés. Ces derniers ont une action nettoyante comme vue précédemment mais réagissent également avec la cire appliquée après afin d'en favoriser l'accroche et donc la longévité. Ce système de pre-wax/cleaner s'est développé et s'est généralisé chez les autres fabriquants de cire naturelle. C'est aussi valable pour les cires synthétiques (sealant) pour lesquels il existe des produits de préparation de la surface dédiés afin de nettoyer les huiles superficielles qui empêchent les polymères de former leurs liaisons covalentes ou qui accélèrent/favorisent leur polymérisation. Pour plus de détails sur l'accroche des cires (synthétiques ou naturelles), allez voir le guide Tout sur les cires. Apporter une protection : Tout le monde n'ayant pas des heures pour protéger son auto, il existe dans les AIO des produits apportant une protection en plus de leur action nettoyante et/ou nourrissante. Cette protection peut être naturelle et/ou synthétique. Elle ne sera pas aussi efficace qu'une cire en terme de rendu ou de tenue mais peut suffire ou servir de base avant d'appliquer une autre cire. Dans ce cas, le produit de préparation a souvent une triple action : nettoyante, nourrissante et protectrice. Le terme AIO prend alors tout son sens et l'on a affaire a des produits réellement multifonctions que l'on ne peut ni classer dans les cleaner, ni dans les glaze ni dans les cires. Embellir le rendu : La préparation de la surface permet enfin d'embellir le rendu de la carrosserie nue en apportant un effet ou un brillant avant l'application de la protection. Cet embellissement n'est pas le but premier du produit de préparation (sauf s'il apporte une protection a l'instar d'une cire) mais les fabricants ont profité de proposer des produits de préparation de surface pour y ajouter leur molécule de rendu afin de booster le rendu final de leur cire. L'association produit de préparation et cire d'une marque ayant un rendu meilleur que l'utilisation de la cire seule. En plus de jouer sur la longévité de la cire, ils tiennent ainsi un autre argument, celui d'augmenter le rendu final. Les produits de showroom, généralement des AIO, font parti de ces produits de préparation de surface qui jouent sur le rendu : leur but étant à la fois de laisser une surface intacte en ayant une action nettoyante et/ou de remplisseur et une action d'embellissement en apportant leur rendu sans avoir la contrainte de longévité et de protection qu'a une cire. Le tout dans un produit unique pour gagner du temps et faciliter le traitement du véhicule. Les bases synthétiques / grasses : Comme expliqué précedemment, la préparation de la surface peut avoir plusieurs rôles. Elle intervient avant la pose de la cire et doit être adapté en fonction de la cire choisi. En effet, la pose d'un sealant nécessite une surface exempte d'huile de facon à favoriser les liaisons covalentes des polymères et ainsi assurer une bonne longévité. A l'inverse, la pose d'une cire de carnauba qui s'accroche sur les aspérités n'aura aucun problème avec les huiles des glaze mais sera impactée dans sa tenue par un produit laissant une surface parfaitement lisse. Le choix du produit de préparation dépendra donc ou se fera en grande partie en fonction de la cire posée par la suite. On distinguera alors deux catégories de produits de préparation : les produits à base synthétique les produits à base grasse Un produit à base synthétique sera dépourvu d'huile ou ne laissera pas d'huile résiduelle et favorisera ainsi l'accroche des sealants. Il peut déjà offrir une protection synthétique comme certains AIO sur laquelle viendra se fixer le sealant que l'on appliquera par la suite. L'action nourrissante sera moindre qu'un produit à base grasse mais conviendra parfaitement dans le cas d'un entretient régulier. Les produits à base synthétique conviennent également pour préparer la surface à la pose d'une cire hybride (contenant à la fois un sealant et une carnauba) quel que soit le ratio sealant/carnauba ou pour la pose d'une cire de carnauba. On trouvera dans cette catégorie principalement des cleaners et des AIO. Un produit à base grasse aura à l'inverse une action nourrissante plus efficace car il contiendra d'avantage d'huile. Il peut apporter une protection à base de carnauba qui ne gênera pas l'accroche d'une autre carnauba appliquée par dessus. Il sera en revanche inadaptée pour la pose d'un sealant et certaine cire hybride, celles qui se rapproche plus d'un sealant que d'une carnauba (et qui ont donc une faible teneur en carnauba comparée à celle du sealant). Ce seront principalement des glaze et des cleaners. Vous trouverez la liste des produits en fonction de leur base dans ce sujet sur la Compatibilité des glaze avec les wax - sealant. IDDN Certification
×